Sérë

Un univers où l'appât du gain, l'égoïsme et la peur ont entrainer la fin du monde connu. Il est temps de faire place à la reconstruction.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nuit blanche

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Adalon

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 17/12/2017

MessageSujet: Nuit blanche   Mar 9 Jan - 16:31

Un petit groupe de trois personnes traversaient la plaine enneigée, sous les étoiles. Il s'agissait de Adyelle, Aldebert et Adalon, qui venaient vérifier les informations de ce dernier, selon quoi des cultistes du Culte du Dernier Éclat pourraient s'être établis dans les parages.

Le culte était dangereux, ayant déjà tenté de supprimer des villageois curieux qui s'étaient approchés de leur rituel visant à ramener une créature du néant dans ce monde. De plus, le boisé contenait des ressources cruciales pour le village de Sérë. C'est pourquoi ces trois-là avaient décidé d'aller investiguer les lieux la nuit même où le rituel fût interrompu, de peur que les cultistes soient toujours une menace

Après environ une heure de marche, ils arrivèrent à la rivière qui séparait la plaine et le boisé. Celle-ci n'était pas encore complètement gelée. Ils pourraient passé, car l'eau était très basse en cette saison, mais ils devraient faire attention de ne pas glisser sur les galets et roches recouverts de glace.


-Voila la forêt... Nous devrions mettre les robes, au-cas-où des sentinelles rodent dans les parages.

Il distribua les robes de cultistes qu'il avait réchauffé avec sa chaleur innée. Elle étaient tièdes et sèches, tant que personne ni glissait et tombait à l'eau...

-Hmm... Devrions nous marcher sur le bord de la forêt, ou devrions la traverser? Nous y serions moins visibles, mais s'il n'y a pas de chemin pour marcher cela pourrait nous ralentir, et nous révéler avec le bruits des branches qui cassent. Quel chemin devrions-nous prendre?

Il posait la question aux deux autres, incertain de la marche à suivre.

**Adalon avait une réticence à entrer dans la forêt, bien qu'il ne le montrait pas. Il ne se l'avouait pas lui-même, en fait, car il n'aimait pas ramener les mauvais souvenirs du temps où il était contrôllé par Dûrion, la créature du néant maintenant scellée dans l'elfe Voronwe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldebert

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 12/12/2017

MessageSujet: Re: Nuit blanche   Mar 9 Jan - 18:36

Aldebert attrapa les morceaux de linges qu'il devait mettre et ce mis à les observer sous toute les coutures. Il n'y avait pas de signe distinctif, aussi il ne risquait pas de se faire appeler par un prénom ou quelques choses de similaire. Il enfila les habits et se regarda. Il y avait des problèmes pour accéder à certaines de ces armes. Il commença donc à les déplacers. Une fois qu'il fût satisfait, il se mit à regarder les alentours.

-Il n'y a que deux chemins en effet. Soit nous prenons la forêt, au risque de faire du bruit, soit on prends la rivière au risque d'y tomber et souffrir d'hypothermie et ou de mourir glacé. Dans mon cas je sais me déplacer sans faire de bruit. Mais j'ignore pour vous. Mon équilibre est excellent, mais je n'approuve pas l'eau. Je choisirais donc le bois. Avançons plus lentement s'il le faut. Mais le bois sera plus sécuritaire et simple si nous devons nous enfuir. De plus il y aura plus d'endroit pour nous cacher et passer inaperçue.

Il regarda les bois devant lui. Il ne devait pas perdre ces bois au profits de ces cultistes, cela amènerait trop de trouble. Il regarda la neige, il était vrai que celle-ci allait les faire repérer rapidement s'il n'était pas assez malin. Ils devraient effacer les traces au fur et à mesure.

Il repéra non loin des branchages qui pourrait être utile pour faire disparaitre leur trace. Il repéra aussi un chemin qui était un peu plus clairsemé, ils pourraient donc l'emprunter sans doute afin de rejoindre le campement et d'espionner.

- Je commence à bien connaître ces bois, se sera un plus pour cette mission de reconnaissances. J'espère qu'ils n'étaient que de passage toutefois, cela règlerait tellement de problème.

Il regarda la demi-ange qui venait de se pratiquer en magie. Il craignait qu'elle ne soit trop épuiser pour affronter un possible combat. Mais il devait faire confiance au gens qui l'entourait, sa y allait de l'avenir de son village peut-être. Il n'avait pas le choix.

-Donc... qu'en penses tu Adyelle toi? La forêt ou près de la rivière, voire, dans la rivière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adyelle D'Or

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Re: Nuit blanche   Jeu 11 Jan - 23:06

Elle regarda les deux hommes avec attention en écoutant leur commentaires. Porter des robes de gens morts ? Beurk...Mais bon, ça ne devait pas être si pire que ça non ? La jeune demi-ange soupira et prit l'une des robes, l'air dégoûtée, puis l'enfila. Étrangement se n'était pas si pire que cela semblait l'être et c'était même un peu confortable. Bon c'était déjà ça non ? Au moins le froid ne la mordrait pas aussi fort qu'elle ne le croyait. En haussant les épaules pour elle-même, la jeune guerrière jeta son regard si particulier sur ses compagnons de route. Eux aussi ne semblait pas si mal à la pénombre.

- Les gens font ça souvent ? Je veux dire, prendre les choses des gens morts et les mettre pour se genre de chose ? Parce que franchement, c'est assez glauque.

Hmmm...les bois ou la rivière ? Elle connaissait ses talents, dans l'eau, elle frôlerait l'hypothermie, en fait c'était quasi assuré et dans la forêt...Être subtile n'avait jamais été vraiment son fort mais c'était mieux que de finir mouiller et mourir.

- Je vote pour la forêt. Oui je suis une bonne combattante, ça c'est un acquis, mais pour la subtilité, je n'ait jamais eu à la pratiquer alors on verra se que cela donnera. Pour la rivière c'est un gros non. Si vous voulez mourir gelés c'est votre problème.

Elle se secoua un peu, la fatigue menaçant et le froid engourdissant ses sens n'aidait pas. Sans douceur elle se frappa les joues, s'aidant ainsi à se ressaisir rapidement.

- Bon, je suis prête !

Avec une intonation joyeuse, tentant de cacher son épuisement physique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalon

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 17/12/2017

MessageSujet: Re: Nuit blanche   Sam 13 Jan - 13:59

Adalon hocha la tête, voyant que les deux autres avaient choisis le même trajet.

-Entendu, nous irons par les bois, alors.

Il enfila sa robe et monta le capuchon sur sa tête. Cela masquait un peu son visage, mais ne cachait en rien la brillance de ses yeux, ce qui le rendait encore plus inquiétant. Il répondit à Adyelle.

-Ce n'est pas chose courante, non. Lors de conflits entres factions, vous risquez d'être pris pour un espion ou un déserteur et être exécuté. Mais, avec les cultes, c'est différent. Ils sont souvent séparés en petits groupes autonomes qui se contactent rarement. Ainsi, une robe, un mot de passe et une bonne excuse suffisent souvent pour ne pas être dérangé.

Adalon en profita pour faire une démonstration. Il joignit ses mains ensembles au niveau de son torse, pouces vers le haut, doigts vers le bas. L'espace vide ressemblait vaguement à un cercle. Il garda la pose un peu, puis il serra lentement son poing droit sans bouger sa main gauche, le résultat ressemblant à une spirale. Il baissa les bras après quelques secondes.

-Si un cultiste du Culte du Dernier Éclat vous questionne, présentez-vous avec ce signe de mains pour vous identifier. Nous devrions prétendre être du groupe qui allait libérer "Maître Dûrion". Ce n'est pas très précis, mais j'inventerai quelque chose si nous somme repérés. Maintenant partons, je voudrais être loin de leur hypothétique campement lors du avant le levé du jour.



Avec Aldebert qui connaissait bien la région, le groupe trouva un bon endroit pour traverser la rivière, et y passèrent lentement sans se mouiller les pieds. Au début, ils parcoururent rapidement les sentiers aménagés du boisé. Les arbres malades et morts ayant déjà été coupés pour chauffer le village, ils n'eurent pas grand peine à suivre les chemins, tant la canopée éclaircie laissait la lune et les étoiles éclairer le sentier blanc. Ils n'osèrent briser le silence que par des chuchotements lors de la marche, et furent suivis par le bruit étouffé de leurs pas, ainsi que par le doux claquement des branches, au-dessus d'eux.

Heureusement, les arbres coupaient le vent, et la marche gardèrent leurs pieds chauds. En avancant vers le nord, les sentiers se firent plus rares et plus étroits. La neige masquait bien le bruit, mais il étaient difficile de voir les petites branches cassantes sous leurs pieds, donc ils durent ralentir l'allure pour plus de précaution.

Ils n'étaient pas encore arrivés près de la lisière nord du boisé lorsqu'ils purent sentir légèrement la fumée d'un feu de camp. Pour le moment, il n'y avait pas de bruit ni de lumière suggérant un groupe. Le vent venant du Nord-Ouest, la source de la fumée devait se trouver plutôt sur la lisière Ouest de la forêt, à quelque distance de la lisière Nord.


Adalon huma l'air, et balaya du regard la forêt, vers le Nord-Ouest. Il n'y avait rien, pas de bruit ni de lumière. Le vent n'était pourtant pas si fort, ni virevoltant. La source ne devait pas être si loin. Il se tourna vers Aldebert.

-Est-ce normal d'avoir des voyageurs dans la région? Je ne crois pas qu'il s'agisse d'un gros campement, mais ce pourrait être des éclaireurs cultistes...

Adalon resta pensif quelques secondes, puis s'adressa aux deux autres.

-Qu'en pensez-vous? Devrions-nous allé voir? Personnellement, je préfèrerais ne pas avoir d'ennemis en arrière de nous, au cas où nous devrions nous sauver précipitamment. Cependant, si nous sommes démasqués par des éclaireurs, il faudra à tout pris les empêcher de rejoindre le groupe principal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldebert

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 12/12/2017

MessageSujet: Re: Nuit blanche   Sam 13 Jan - 21:23

Malgré ce que l'on aurait pu croire, l'homme de 7 pieds, en partie géant, savait se fondre dans le décors. Il avait réussis à se déplacer sans bruit et même à effacer leurs traces. Il pourrait se reconnaître dans cette forêt sans aucun problème. Si les deux autres n'y arrivait pas, ils n'auraient qu'à rejoindre la rivière et la suivre. Il était impossible de se perdre dans ce bois.

Arriver sur place, sentant l'odeur d'un feu, mais n'en voyant aucun, ne ressentant ni chaleur, et ne voyant ni fumé ni tisons. Aldebert porta la main sur son arme. Il se mit à écouter, à regarder à analyser. Il savait que quelques chose n'allait pas, les bois étaient trop silencieux pour lui, les environs était paralyser. Il n'aurait qu'un instant pour réagir et sauver sa vie, il le savait.


Son instinct pris le dessus, il sentie son cœur se mettre à battre le temps, son sang se réchauffer, l'énergie l'emplir, il ne faisait plus qu'un avec son cœur, son corps et son esprit. C'est ce qui lui permit de percevoir cette ombre, sortir derrière son dos. C'est ce qui lui permit de se retourner à temps et de sortir une dague pour allez trancher net, la gorge de l'homme qui venait de l'attaquer.

L'homme tomba dans la neige, son sang souillant le lieu, il se vidait rapidement et sa vie le quitta tout aussi rapidement. La gorge ayant été entailler, il n'eut pas le temps de faire le moindre son et la neige amortissant sa chute, personne qui n'avait vu, n'aurait pu croire que cela venait de ce passer. Qu'une vie venait d'être prise.


Le regard d'Aldebert était différent, il n'était pas chaleureux, doux et calme. Il était noir, froid, puissant, animal. Il faisait peur à voir, on voyait l'instinct, le guerrier, le tueur en ce moment. Cette personne même qu'il tentait de fuir, son lui d'avant. Mais en ce moment, pour le bien du village, il n'avait pas le choix il devait être celui qu'il ne voulait plus.

Il regarda la chose couverte de sang, un cultiste. Il en portait le déguisement, il ne pouvait donc pas en être autrement. Ils étaient donc présent, dans ce bois qui était leur,. Un autre combat, ils allaient donc devoir en mener un autre. Étais-ce des éclaireurs, sans doute.

-Oui ce sont des éclaireurs. Nous devons savoir combien ils sont et tous les tués avant qu'ils ne rejoigne leur clan, leur chef, ou peut importe ce que c'est. Ils sont chez nous, et non pas affaire à menacer Sérë, ou même Alca.

Il regarda les deux personnes avec qui ils avaient fait le chemin pour venir jusqu'ici. Ils allaient soit aider soit partir, c'était un combat qui allait commencer et une chasse à l'homme. Il fallait être prêt à tuer. Il savait que tout deux pouvaient le faire, mais voulaient-ils le faire pour un village qui n'était pas rééllement leur encore. Sa il ne le savait pas.


- Je propose qu'on arrête de faire attention, attirons les vers nous, trouvons le campements, nous pourrons savoir combiens ils étaient, nous pourrons ensuite savoir combien de gens doivent mourir cette nuit. Cette forêt ne doit pas tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adyelle D'Or

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Re: Nuit blanche   Mer 17 Jan - 18:44

Ses pas ne s'enfonçait pas comme eux dans la neige, son corps étant plus léger dû à son côté hybride. Heureusement justement car dans se genre de situation, il fallait être discret. Par contre même si ses pieds ne s'enfonçait pas profondément, les branchages cassant au sol se brisaient sous son poids. Elle essayait de ne pas faire de bruits le plus possible, mais c'était pratiquement impossible. Elle grimaçait sous chaque petits sons qu'elle produisait en ce disant que s'ils étaient repérés ce serait de sa faute.

Tout arriva tellement vite par la suite que même ses sens aiguisés n'eurent pas le temps de comprendre se qui se produisait. Tout était aller vite et tout était déjà fini, Aldebert s'en était occuper. Elle ne l'avait pas vraiment vu à l'oeuvre mais maintenant qu'elle l'avait vu, elle était sûre d'une chose ; Il savait tuer et ce, très bien. Elle resta surprise un court moment mais reprit contenance assez promptement en écoutant la proposition.

- J'ai fait des efforts incommensurable pour être discrète et silencieuse et là on veut les attiré ici..?? Décidez vous ahahahah ! Mais bon si c'est ça le pan je vous suit a cent pour cent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalon

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 17/12/2017

MessageSujet: Re: Nuit blanche   Jeu 18 Jan - 0:03

(Avant l’attaque)
Peu de temps après être entrée dans la forêt, il régnait une sorte de brume dans l’esprit d’Adalon. C’était comme un murmure qu’on croit entendre avant de se réveiller en sursaut, et comme une forme que l’on perçoit dans notre vision périphérique, la nuit, sans qu’il n’y ait rien lorsqu’on se retourne subitement. Cela le troublait, mais l’intriguait aussi. Il se sentait oppressé, mais avait toute sa raison, donc il conclut que ce n’était pas une possession mentale.

L’odeur d’un feu de camp interrompit ses réflexions, alors qu’Aldebert ralentissait pour examiner les environs. C’était à ce moment qu’Adalon avait poser des questions à Aldebert...


(Maintenant)
Cependant, tout de suite après avoir brisé le silence, Adalon se figea. À quelques pas de lui, une ombre pris forme et lui adressa la parole dans un langage étrange qu’il ne comprenait pas. Il sut que l’ombre lui parlait dans son esprit, car il comprît tout de même le sens des paroles, sans en comprendre les mots et les intonations.

- (Une voie féminine, dans les pensées d’Adalon) Pourquoi es-tu venu ici, âme damnée? Nous ne te laisserons pas détruire nôtre forêt, comme tu l'as fait chez les elfes…

L’ombre pris l’apparence d’une femme élégante, avec de très grands yeux bleu ciel, et des cheveux de jais. Son teint était si clair que sa peau ressemblait à de la neige brillante, illuminée par la lune. Avec sa beauté et ses oreilles pointues retombantes, un non-initié aurait pu la prendre pour une elfe, mais Adalon savait qu'il s'agissait d'une éladrine*. Il avait appris à les reconnaître à ses dépends, de nombreuses années auparavant.

Il s’avança d’un pas hors du sentier, les bras écartés, les mains basses avec les paumes vers le haut, en signe de reddition. Il répondit à l’ombre à voix haute, mais ses compagnons ne virent que du vide dans cette direction…


-Ce que j’ai fait, je l’ai fait contre mon gré. Je suis aujourd’hui libre de son influence. Me détruire ne vous servirait à rien. Nous sommes dans le même camp!

Dans la tête d’Adalon, l’elfe rit d’un rire posé, charmant. Le rire se multipliât rapidement et devint strident, cacophonique et violent, rappelant plutôt les cris de souffrances de dizaines d'innocents mourant brûlés. Il n’entendit même pas le cultiste tomber et gargouiller alors qu’Aldebert venait de lui trancher la gorge.

- (L’eladrine, en pensée) Tu sais que ce ne sont que des mensonges. Tu sais que tu peux briser son emprise sur toi quand tu le veux… mais tu as peur. Les âmes de ceux dont tu as volé la vie ne connaîtrons jamais la paix tant que tu t’accroches à ce semblant de vie! Que vaut ton existence face au salut de toutes ces âmes innocentes? Que vaut ton existence face au salut de ta propre âme? Fais Ce Qui Est Juste !!

-NON!
cria Adalon, toujours dans le vide.

- (L’eladrine) Tu ne peux pas fuir ton destin…

L'éladrine sortit de l'ombre disparut, et ses dernières paroles devinrent inaudibles dans la tête d’Adalon alors qu’il s’efforçait de se concentrer sur le moment présent. Il entendit Aldebert et Adyelle argumenter sur la voie à suivre. Il vit le cultiste mort, égorgé, puis il sentit la vie pulsante de… quatre personnes! Il alerta Aldebert et Adyelle.

-Attention, il y en a deux autres!

Un déclic se fit entendre sur la gauche, et un homme en cotte de maille apparu, une arbalète vide dans les mains. Le trait avait traversé la poitrine d’Adalon. Un coup tiré vers le cœur, à un distance d'une poignée de mètres. Un tir expert, qui aurait dû être fatal. Mais Adalon ne broncha pas; il fit apparaître des flammes dans ses mains.

-ARRÊTEZ! cria une autre voie, féminine celle-là.

Une dame en robe bleu apparue soudainement, à quelques pas à côté de l’arbalétrier. Derrière elle, on voyait un feu de camp étouffé par de la neige, et une tente. Rien de cela n’était visible quelques instants auparavant. La dame cogna son bâton sur le sol, et toute la zone devint emplie d’un brouillard épais, bloquant toute vision au-delà de ses mains.

-Cessez les hostilités! Nous ne sommes pas des cultistes!

Une voie masculine lui répondit : - De quoi tu parles!? Ce sont eux les cultistes! Ils ont buté Lars!

-Non, idiot! Proche de leurs campements ainsi, de vrais cultistes se seraient munis de torches, et auraient crié à l’aide au premier signe de danger. N’as-tu pas entendu ce qu’ils ont dit? Lars aurait mieux fait de m’obéir plutôt que d’attaquer à l’aveuglette.

Elle ne reçut qu’un grognement rageur en réponse. Aucun bruit d’arbalète étant rechargée ne suivi, ni aucune épée sortie du fourreau. La brume se dissipa peu à peu. La dame avait désormais un globe de lumière dans sa main, éclairant faiblement les personnes présentes.

-Veuillez nous pardonner, nous traquons un groupe de cultiste depuis plusieurs jours. Lars, l’homme que vous avez tué, était un ancien cultiste qui nous aidais dans cette mission. J’ai caché notre campement avec ma magie, mais il ne m’a pas écouté et vous a sauté dessus…


La dame semblait vraiment désolée, mais très peu ébranlée par la mort de leur allié. Bien qu’elle ait tout l’air d’une magicienne, avec sa robe, ses sacoches et son bâton, elle n’avait pas l’air d’avoir fait sa toilette depuis longtemps, chose rare pour plusieurs mages vaniteux. L’homme à ses côtés, lui, avait un air bête et grognard. Mal rasé, il était muni d’une chemise en cotte de maille rouillée, avec une tunique verte par-dessus, sale et en mauvaise état. Ses bottes étaient très usées, mais son arbalète, elle, était bien entretenue, sans une trace de rouille ou de saleté. Un ancien soldat, sûrement. Leur allure semblait confirmer leur histoire.

-Vous semblez vouloir éliminer le groupe de cultiste qui à monter son campement au nord, et je vous crois certainement capable d’y arriver, aux vu de vos… talents… Mais nous pourrions vous être d’un grand secours, si vous nous le permettez. Nous avons aussi une dent contre eux.

Adalon retira le carreau d’arbalète de sa poitrine, et le lança négligemment aux pieds de l’homme. La tige de bois était noircie, et les plumes avait fondues. Il se défièrent du regard.

-Venez si vous voulez, mais je ne garantie pas votre sécurité…


Adalon se tourna brusquement, sa cape claquant derrière lui, et s’éloigna vers le nord, sans plus d’explication. Les deux humains se tournèrent donc vers Adyelle et Aldebert.

-Si vous voulez mon avis, nous devrions frapper leur campement maintenant. Ils sont moins qu’une dizaine, et leur chef ne se trouve pas parmi eux. Je crains que vos déguisements ne suffisent pas à les tromper. Je peux nous masquer avec ma magie, ils ne nous verront pas avant que nous les engagions. Qu’en dites-vous?

La dame semblait sincère, mais les deux humains restaient sur leur garde...

_______________
*(La race Eladrinne sera définie dans la section Evenements et groupes marquant sous peu.)


Dernière édition par Adalon le Dim 25 Fév - 16:06, édité 4 fois (Raison : Distinction de la race Eladrinne)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldebert

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 12/12/2017

MessageSujet: Re: Nuit blanche   Ven 19 Jan - 12:18

Le regard toujours aussi intense, remplie de combativités et d’agressivité, Aldebert regarda son compagnon de combat s’éloigner. Il n’en avait que faire que les autres se joigne à lui, mais Aldebert pas. Il préférait compter sur le plus de paire de mains possible pour éliminer la présence de ces cultistes dans un bois qui devait demeurer leur.

Il tourna son regard vers la femme qui l’avait trompé, vers celle qui avait réussis à cacher sa présence à son instinct et il inclina un peu la tête. Il se déplaça légèrement afin d’être en un meilleur angle de défense au cas où les ‘’nouveaux’’ voudraient s’en prendre à Adyelle. Il s’avait qu’elle était apte à se défendre, mais il se sentait obliger de la défendre en cas de besoin puisqu’elle était maintenant à ses yeux, une citoyenne de la ville.

-Adyelle passe devant moi, le groupe ira devant…

L’ayant toujours en vu, il pourrait intervenir rapidement si quelques chose se passait, plus que s’il avait à se retourner. Il était heureux de ne pas avoir utiliser inutilement sa dague empoisonné sur cet homme qui n’en valait pas la peine.

Il regarda les deux humains, ils étaient d’anciens combattant cela se voyait à leur arme et armure rouillé. Aussi par le port de celle-ci. Un novice ne se tenait jamais de la bonne façon avec une armure sur le dos. Ils savaient donc comment s’en servir et cette grande dame, elle savait se servir de la magie. Il détestait les mages ou les gens utilisant de la magie, ils étaient souvent difficile à contrer et très impulsif.

-Conduisez nous à ce campement, allons-y mettre un terme… ensuite nous irons nous reposer. Si vous avez besoin de vous réveiller mâcher un peu de cette plante j’en ai une bonne quantité, sa va vous tenir éveiller plus longtemps vous verrez.

Il leur tendit une branche de feuille un peu brunâtre, mais malgré son apparence et son odeur, le goût n'était pas si mauvais et l'effet était quasi immédiat.

- Pour la suite, je tue, je ne laisse pas ces hommes vivants, je tue sans même poser de questions car mon village est en danger et je ne l’accepte pas. Votre gars est mort comme un con car il s’en est prit à beaucoup trop fort. Maintenant montrer nous le chemin, mes instincts sont réveiller et ils ont besoin d’être calmer…

Son regard faisait peur, la mort se lisait dans celui-ci, mais ni Adyelle ni Adalon n’avait à craindre, car lorsqu’il les regardait son regard devenait au contraire, autoritaire et protecteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adyelle D'Or

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Re: Nuit blanche   Mer 24 Jan - 18:54

Elle n'avait jamais vraiment rencontrée de vraie mage. Elle n'avait jamais eu à s'en défendre ni à reconnaître les signes de leur présence. Elle fut donc drôlement surprise de voir la femme faire de la magie. Ce n'était pas de la même sorte de magie non plus, pas celle qu'elle connaissait du moins. Sa magie à elle lui venait des cieux et était d'une jolie couleur doré/blanche jaunit et Adalon c'était d'un beau rouge iridescent. Ce serait intéressant de discuter avec elle et peut-être d'en apprendre davantage qui sait?

Elle regarda les deux nouveaux venus avec un peu d'appréhension. Lars, l'homme qui avait tenter de les attaquer et qui avait périt de la main d'Aldebert, était l'un des leurs. Elle comprenait bien l'attaque contre Adalon mais resta un moment abasourdie quant à sa non-blessure par la flèche. D'un autre côté c'était de la légitime défense... Outch, ça ne devait pas être facile pour eux d'avoir assister, impuissant, à la scène. Elle savait quelle douleur c'était, elle avait déjà perdue des amis... Ce souvenir la fit grimacer. Où en étaient-ils aujourd'hui ? Allaient-ils bien ? Elle croisait les doigts mentalement pour eux.

Le froid pénétra ses vêtements avec cruauté dans un coup de vent et elle frissonna légèrement, ajoutant à la forêt un air sinistre. Il était temps de bouger. Justement le petit groupe se mettaient en branle. Elle sourit légèrement en voyant les changements de personnalité facial chez le demi-géant. Elle le trouvait de plus en plus adorable, un peu comme un parent qui veillait sur elle. Décidément elle développait une affection pour ce dernier et elle croyait pouvoir dire que c'était réciproque. Du moins, elle l'espérait !

- Bon et si nous allions faire de la bouillie de cultiste !


Elle rit, essayant de dérider un peu le petit groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalon

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 17/12/2017

MessageSujet: Re: Nuit blanche   Ven 26 Jan - 23:01

Adalon s’éloignât vivement vers le nord, visible irrité. Ses mouvement ne trahissaient pourtant pas de douleur ou de faiblesse. Après quelques mètres, il s'arrêta, puis vociféra à voix basse, tournant en rond. Il fini par fouiller frénétiquement dans sa besace.

Aldebert et Adyelle le suivirent, gardant un œil sur les deux étrangers. Ceux-ci ne semblaient pas être hostiles, mais tout le monde était sur ses gardes. À voix basse, Aldebert demanda à Adalon:

-Est-ce que ça va?


-Tout va bien!, répondit celui-ci, avec un ton plus élevé qu'il souhaitait.

Sur une branche, plus loin, Adalon vit un eladrin mâle, aux cheveux orangés, jouer d'un instrument fait d'une grosse carapace d'insecte et de vignes en guises de cordes. Celui-ci jouait une mélodie enjouée, puis les cordes se rompirent. La vision continua à jouer dans le vide, émettant une mélodie discordante, avant de tomber en poussière.

-Tout va très bien, répondit-il encore une fois, paroles plus destinées à lui-même qu'à ses compagnons. Il tourna le dos à la vision, et il trouva enfin ce qu'il cherchait dans ses affaires. D'un sac en cuir, il retira une poignée de charbon émietté, qu'il avala rapidement... Des flammes sortirent par sa blessures à la poitrine, puis elle se referma, laissant une odeur de forge. Il se redressa et fermis les yeux. Il semblait avoir repris son calme.

Pendant ce temps, l’arbalétrier cracha sur le sol, puis récupéra son projectile abîmé. Il rechargea ensuite sa grosse arbalète, l'armant facilement avec un geste vif, entraîné. Il ne plaça pas de carreau pour l'instant. La magicienne hocha la tête avec sérieux, d'accord avec l'idée d'Aldebert, puis chassa une mèche grisonnante de son visage. Elle semblait être la personne en charge du duo.

-Je vois que vous souhaitez défendre ces lieux, et des personnes qui vous sont chères. Cela est une noble cause, en ces temps obscures.

L'arbalétrier passa immédiatement au plan d'attaque

-On va approcher silencieusement avec sa magie; les tuer dans leurs sommeil, ce serait le mieux. Si on est découvert, on tue tout ce qui bouge. On aura l'effet de surprise, pour sûr, mais faudrait pas qu'on se marche sur les pieds. Moi et ma pote, on vous couvre les fesses, mais essayez de ne pas rester dans bloquer nos tirs, pigé?

La magicienne fronça les sourcils vers son "pote", puis continua.

-Quoi que vous fassiez, assurez-vous d'abattre les meneurs en premier. Leurs rangs sont surtout composés de gens ayant tout perdu. Sans dirigeant, plusieurs prendront la fuite, et nous laisseront tranquilles.

Elle prit une pause, puis continua d'un ton plus sérieux.

-Faites particulièrement attention à leur chef, lui-seul sait se servir de la magie et ...


Aldebert et Adyelle interrompirent.

-Nous avons déjà tué cet enfoiré et ses chiens démoniaques.

-Oui, et il était difficile à tuer. Heureusement que nous étions trois..

L'arbalétrier rit dans sa barbe, sans avoir l'air surpris. La magicienne resta surprise un instant, mais se ressaisit.

-Excellent, cela simplifiera grandement la tâche. Oh et... avait-il un livre sur lui, par hazard?

Adalon daigna enfin participer.

-Non, je n'en ai pas trouvé sur lui... malheureusement.

Adalon et la magicienne se dévisagèrent longuement, ni l'un ni l'autre ne trahissant quelque émotion que ce soit. Adalon continua à la fixer, il la défia:

-De plus, je crois plutôt que nous ne devrions pas laisser de cultistes vivant. Ils pourraient revenir et tenter de piller des innocents pour survivre. Autant les exterminer tous, n'est-ce pas...?


Il avait un sourire en coin; il savait que sa question était plutôt une décision finale. La magicienne resta muette, l'arbalétrier, lui, s'étirait, ennuyé par tout ce blabla.

-Allons-y, je me charge de bloquer leur sortie.
, ajouta Adalon, arrogant.

Il se mettait déjà à marcher vers le nord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nuit blanche   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nuit blanche
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sérë :: L'an 1-
Sauter vers: