Sérë

Un univers où l'appât du gain, l'égoïsme et la peur ont entrainer la fin du monde connu. Il est temps de faire place à la reconstruction.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les retrouvailles

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Alca Vorkail
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Lun 15 Jan - 21:37

Alca baissa le regard et se mordit la lèvre inférieur. Il avait raison, cela prendrait un druide, et n'ayant plus de forêt digne d'intérêt, aucun pratiquant de la nature ne viendrait dans ce coin. Autrefois, la plus belle et la plus majestueuse forêt de tout les environs prenaient place sur cette terre, mais une bonne partie avait été abandonner par son propre peuple, trop avide de leur sécurité et de leur bien matériel. Elle baissa la tête et alla appuyer celle-ci dans le creux de l'épaule de son aimé.

Il n'était de retour que depuis une seule journée, une seule et déjà elle voulait allez trop vite. Elle savait qu'elle allait agir comme cela, elle aurait dû être plus prudente, elle savait depuis longtemps qu'elle voudrait trop précipité et c'était mal. Il lui fallait être patiente et ce malgré qu'elle en avait assez d'avoir ce sentiment d'être seule. Elle devait se convaincre que maintenant il était là et s'était suffisant. Elle avait toujours pu compter sur les gens qui avait remplacé sa ville natale, les gens qui composait Serë. Elle avait foi en la lumière foi en les gens. Elle devait garder cela en vu et laisser le reste suivre son cours.

Elle se décolla de lui lentement et alla chercher un saut qui était remplis de grains. Elle allait nourrir les animaux, regarder l'état de ceux-ci et allez chercher des bottes pour son amour. Elle le regarda une dernière fois avant d'ouvrir la porte. Il était si beau, si fier dans ses habits. Comment était-il possible qu'il l'aime elle plutôt qu'une autre. C'était pour elle, par moment, l'un des plus grand mystère.

(En quenya) Je te promet mon cher, que je n'irai pas les voir sans toi. Je te promet de faire attention et de me tenir à l'écart de ceux qui pourrait amener du trouble dans le village. S'ils représentent à nouveau une menace, je te permettrai de les mettre dehors de nos terres. Maintenant, je vais allez, en prenant soin de les éviter, chercher des bottes pour tes pieds. Tu es si beau en ce moment, sa me rappel des souvenirs, et me permet de me sentir un peu, enfin, comme avant. Un jour notre passé reviendra, la forêt reviendra reverdir ces terres, la ville de notre passé se reconstruira, la magie reviendra, tout n'a pas été détruit...si tu voyais.

Elle cessa de parler et cessa de le regarder, regardant le sol, se confrontant à son échec de les avoir prévenu de les avoir aider a éviter ce qui aurai pu être évitable. Il lui fallait maintenant rester une lumière afin de s'assurer que ce monde ne sombre pas. Elle ouvrit la porte et sortie.

*****

Elle laissa derrière elle Vonronwë, il ne pouvait pas allez bien loin, elle espérait que l'ombre en lui n'essaierai pas de reprendre le dessus sur lui pendant qu'elle ne serait pas là. Elle avait confiance qu'il était assez fort pour résister, mais cela devait être si dur pour lui. Si un jour il venait à être proche de mourir, elle tenterait de maintenir cette ombre, il ne pouvait pas en être autrement, il ne fallait pas qu'elle s'échappe. Elle ignorait si elle en aurait la force mentale, mais elle devrait essayer.

Elle alla nourrir les animaux, les brosser, les abreuver. Ils étaient faible, mais pas car elle ne s'en occupait pas, aux contraires, ils étaient en vie parce qu'elle en prenait soin. Ils reprenaient présentement du mieux et la brebis avait même commencer à donner du lait, qu'elle donnait au tavernier. Elle récolta donc son lait et le mit dans une jarre. Elle récoltait toujours un deux trois jours de lait avant de le donner a Aldebert, sinon, il n'y en avait pas assez.

Elle salua chacun de ces animaux et alla ensuite vers ''l'entrepôt'' du village. Il se trouvait à être à même le bâtiment commun. Elle y trouva un cape noir, bien simple en lainage. Elle y ramassa deux chemises de lins pâle et ainsi qu'un pantalon de cuir. Elle trouva aussi une paire de botte surtout conçu pour la marche, mais c'était tout ce qui ferait à Voronwë. Elle soupira sachant qu'il n'allait pas apprécier. Mais c'était tout ce qu'elle pouvait lui donner. Elle se trouvait soudainement idiote de n'avoir pas su conserver la lumière dans son propre peuple, idiote même de croire en cela. Elle secoua la tête, non, c'était ce qu'il y avait à faire, elle avait échouer dans le passé, mais maintenant elle devait réussir, trop de guerre se passait en même temps et la paix devait revenir.

Elle retourna vers sa demeure, lentement d'un pas lunatique. Elle regardait le ciel, il était dégager, mais il faisait froid, si froid, trop froid. Elle allait avoir une crise, prochainement, aujourd'hui, demain ou un autre jour, elle ne savait pas quand, mais cela allait arriver. Il lui faudrait rentré à la taverne ou expliqué à Voronwë, mais comment, elle ne savait pas elle même elle en comprenait pas elle même.

********

Elle poussa la porte de la maison, ces lèvres avaient prise une couleur bleuté, elle claquait un peu des dents. Elle déposa tout le linge sur le coffre et se rapprocha du feu. Elle n'avait pas dit un peu. Elle n'avait rien regarder. Elle se colla sur celui-ci par mécanisme, mais elle savait que cela servirait à rien, elle aurait froid, elle sentirait son corps se glacé, si elle attendrait trop, elle ne pourrait même plus marcher. Combien de temps elle aurait cette fois, Aldebert lui avait dit d'attendre, de voir, pour essayer de mieux comprendre, elle devait attendre.

(En quenya) Voronwë, je t'ai amener du linge, pardonne moi, il n'est pas de la qualité que tu mérites, mais je n'ai rien d'autre. Je, ne possède plus rien, plutôt, j'ai laissé la vie de la forêt de côté pour apporter la lumière de la seule façon que je croyais possible... J'espère que pour un moment, tu appréciera cette vie, car tu as besoin de croire en elle pour éloigner et garder cette noirceur emprisonner...

Elle s'éloigna du feu qui visiblement ne la réchauffait pas. Elle était froide au toucher, la peau, plus pâles, les lèvres légèrement bleuté.

(En quenya) Sache que pour être heureux, nous n'avons pas besoin de toute ces choses matériels, de tout ce que les elfes qualifiait de ''raffinement'' Nous n'avons besoin que de la vie et de la lumière. Nous avons besoin de nous et de notre amour.


Elle lui sourie doucement, le regardant dans les yeux avec les miliers d'étoiles qui se trouvaient dans le ciel. Elle l'aimait bien au delà du corps, bien au delà des apparences. Elle l'aimait pour son tout, pour lui pour ce qu'il était vraiment, et elle le connaissait mieux que quiconque.

_________________
"Elen síla lúmenn' omentielvo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sere.forumactif.com
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Mer 17 Jan - 20:04

Lorsqu'elle vint posé sa tête dans le creux de son épaules il se permit d'enfouir ses doigt dans sa chevelure ondulé caressant ça nuque et le derrière de sa tête d'un mouvement délicat. Cela se voyait que l'idée de repousser leur union l'attristait et pour lui aussi c'était tout aussi dure, mais il ne pouvait être véritablement lié sans une personne ayant le pouvoir de le faire. Même de proposé qu'un druide les unissent n'était plus dans les coutumes depuis la période de la grande lumière ou l'on avait préféré revenir à la source de leur croyance, la lumière et donc de ramener des anciennes cérémonies pratiquer par les sages de la cités. Cependant comme la croyance de la nature et celle de la lumière restait similairement identique dans ces dogmes et que cela ne les privait pas d'allez dans la lumière elfique lorsqu'ils auront fait leur temps sur ce monde, il était prêt à célébrer leur union à l'aide d'un druide.

Lorsqu'elle ce décolla pour allez chercher le grain il l'a suivit du regard amoureusement. Il était si heureux de l'avoir retrouver saine et sauve et ce si rapidement après sa libération. Mais pourquoi , il n'avait pas depuis hier prit le temps de penser à cela, pourquoi être retombé ici. Ce n'était pas près d'ici qu'il avait été enfermer avec Dûrion, et ce ne devait pas être une coincidence qu'il le libère prêt du village de Sérë là où Alca l'attendait depuis toute ces années. Tant de chose ne faisait pas de sens, quelqu'un tirait les ficelles et il doutait que ce soit Dûrion. Un autre sombre venu surement, mais pour quel raison le libéré près de la seule personne qui pouvait l'aider à retenir cet être enfermer. Non, quelqu'un d'autre se servait de ce qui se passait pour jouer ses propres pièces, quelqu'un qui avait le courage de jouer avec les Sombres Venu. Il faudrait qu'il garde un œil sur cette éventualité.

Lorsqu'elle reprit parole cela le sortit de ces songes qui avait peu à peu tendu les traits de son visage. Il sourit doucement à ce qu'elle disait, sachant très bien qu'elle allait obéir à ce qu'il lui avait dit. C'était un des traits de son caractère qui avait été dure à vivre pour les autres dames elfiques, ce côté possessif et autoritaire était moins bien perçut dans une société basé sur l'équité parfaite entre homme et femme. Mais avec son entrainement de garde et certaines choses qu'il avait vécue, cela avait façonné ce côté plus anxieux que les personnes à qui il tient ne soit blesser ou prennent des risque qu'il jugeait inconsidéré. Elle était la seule qui s'était en partie soumise à lui car ELLE avait comprit que s'il agissait ainsi c'était pour son bien et que si elle voyait que dans un cas où elle aurait plus de connaissance que lui, il obéirait à ces ordres. Dans sa tête ce n'était pas une question homme/femme, mais bien de partenariat, chacun devant aider l'autre dans le mieux de ces capacité pour s'assurer de leur bonheur mutuelle.


- (En quenya) Je ne suis aussi beau que selon ce que ton coeur te dicte. Car bien d'autres ne voyait en moi qu'un elfe plutôt oppressant et autoritaire, et cela me rendait moins attrayant à leur regard.

Il la regarda quitté en songeant à ces dernière paroles qu'elle avait dite avant de sortir. Un jour... oui un jour il pourront fonder famille, être heureux parmi les leurs dans un monde où la guerre n'auras plus autant d'importance... il devait y croire... mais dans combien de temps et survivrait-il jusque là. Il ne voulait pas l'inquiéter plus qui faut, mais il sentait en lui cet ombre se refermer. Il avait sentit, que la force qu'il avait puisé pour la sauver, lui avait en échange arracher une partie de son être, rien d'immense, mais il le sentait. Si un jour, par un miracle il réussissait à transféré Dûrion dans un lieu sécuritaire, qu'allait-il advenir de lui qui n'était plus entier. Les ténébres de cette être comblait ce qu'il avait perdu dans cette échange, mais, retrouverait-il ce qu'il avait perdu ou les ténèbres s'était maintenant incrusté dans son être à jamais. Il aurait voulu s'en vouloir d'avoir pactiser avec ce Sombre Venu, mais s'il ne l'aurait pas fait Alca serait morte, la chose bestiale l'aurait étranglé devant ces yeux jusqu'à ce que la vie la quitte. Peut-importe, il aurait agis de la même façon pour Alca, ça vie ne vallant pas plus que la siennes, les deux ne faisant qu'un tout au final. Son esprit vagabonda sur le sujet durant toute cette période ou elle était à l'extérieur. Il ne reprit conscience du temps que lorsque la porte s'ouvrit sur ça douce complètement frigorifier qui passa prêt de lui sans rien dire se dirigeant directement vers le feu.

Il se dirigea alors vers elle et posa les mains sur ses bras pour les frotté délicatement afin de tenter de transféré de ça chaleur. Cela ne prit pas de temps avant qu'il remarque que quelque chose n'allait pas, malgré son gestes la peau de sa douce ne se réchauffait pas et au contraire c'était la sienne qui se rafraichissait au contact de celle-ci ce qui n'avait tout bonnement aucun sens. Comment ce pouvait-il que cela ce produisent. Il ne l'écouta que d'une oreille songeant à ce qu'il pouvait faire pour la réchauffer car si elle ne reprenait pas rapidement de la chaleur sa santé pourrait être en danger.


- (En quenya) Oui oui...

Par sa réponse cela se voyait qu'il n'avait rien écouté mais son regard ampli d'inquiétude laissé présagé le pourquoi. Ayant attendu, ironiquement, tout de même qu'elle ait fini de parler avant de la soulever de sol l'à couchant dans ses bras et alla la glisser dans le lit sous les fourrures. Il se dépêcha ensuite d'allez prendre du bois pour remplir la cheminé afin de faire monter la température de la demeure, puis il revint prêt d'elle caressant sa joue de son pouce pour vérifiait si cela aidait.

- (En quenya) Que t'arrive t'il... pourquoi est-ce que ta peau ne se réchauffe-t-elle pas... attend-moi, il doit bien y avoir quelqu'un qui sait soigner dans ce village, quelqu'un qui pourrait aider à contrer ce qui t'arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alca Vorkail
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Jeu 18 Jan - 22:04

Elle sentie un peu la chaleur des bras de Voronwë, mais cela ne l'a réchauffa pas. Il s'éloigna rapidement d'elle, un peu trop à son goût mais c'était mieux ainsi, elle était faible en ce moment et elle ne désirait pas qu'il l'a voit sous cette apparence. Elle devenait presque cadavérique avant de revenir à elle. Elle savait ce que c'était, mais elle avait oublié. Avec la frénésie de ce qui venait d'arriver, de son retour elle avait oublier.

Lorsqu'il revint près d'elle et lui caressa la joue, elle ne pu s'empêcher de le regarder et de le trouver magnifique. Il avait ses habits d'autrefois, la faisant sentir chez elle. Il portait fièrement les couleurs de leur ville. Un léger sourire se dessina sur son visage devenue aussi pâle que la neige.

Elle n'arrivait pas à ressentir la douceur de sa caresse, elle n'arrivait pas à ressentir son énergie. Elle n'en possédait elle même presque plus. Elle ne parla pas de suite, mais elle sortie une main des couvertures. Une main glacial.

- ( Quenya) Fait confiance en la vie...comme je le fais... rien n'est mal... même si en apparence cela le semble. De mois en mois c'est moins fréquent, j'apprends....

Une chose étrange était qu'elle semblait se vider de sa magie, de sa lumière, de son énergie. Elle semblait presque devenir inerte. Cette magie semblait aspirer par tout son environnement, son énergie semblait allez dans toute les directions à la fois. Plus cela se passait et plus elle pâlissait. Toutefois elle le regardait avec un petit sourire. Elle était heureuse que cette fois, il soit là.

- (Quenya) Je ne sais pas ce que c'est exactement, je ne le comprends pas...habituellement Aldebert est là pour m'aider. Il possède des herbes qui m'aide... enfin qui me réchauffe un peu a l'intérieur, mais sa ne dure jamais très longtemps. C'est ainsi depuis que j'ai décidé de protéger l'arbre. Il doit se nourrir de la lumière pour continuer, il n'y a plus d'elfe ici... il n'a plus les cérémonies... je me suis liés a lui. Je ne peux jamais partir d'ici, je ne le pourrai jamais tant qu'il sera caché.

Elle le regarda toujours en souriant. Il était là, il était vraiment là. Elle serra encore plus sa main, elle voulait le sentir, mais savait que pour un certain moment ce serait impossible. Elle ferma un peu les yeux pour se concentrer sur sa chaleur, sur son énergie à lui puis elle rouvrit les yeux.

-(Quenya) Je ne suis même pas sur du comment du pourquoi, sa va allez...sa ne dure jamais très longtemps... c'est de mieux en mieux...je te le jure...Aldebert a appris à le percevoir et le voir avant même que moi je ne le vois... il me prévient habituellement quand sa va arriver... je crois...je crois que je ne m'écoute pas assez..

Elle se rapprocha du bord du lit pour se rapprocher de lui. Elle rêvait de le sentir, même si c'était impossible. Elle prit sa main et la porta sur sa joue pour caler son visage dans celle-ci. Elle lui cachait que la froideur était souffrante, il n'avait rien à faire, elle était lié, elle était protectrice de la lumière ET de l'arbre, c'était son fardeau à elle. Il pourrait peut être l'aider en accomplissant certains rituel avec elle, dont celui de la fête de l'hiver qui s'en venait, mais elle ignorait à quel point cela allait aider et comment s'y prendre.

-(Quenya) Tu sais... la fête de l'hivers approche... je sais que tu dois être perdu dans le temps et tout...mais... mais j'aurai besoin de ton aide... fêter cette fête avec des rituels à nous... à l'intérieur... me ferait tellement plaisir...je veux...un jour...retrouver notre ville...notre forêt croit moi....

Elle ferma les yeux et les rouvrit, elle avait froid, elle était glaciale, elle avait mal, c'était tout ce qu'elle ressentait, mais c'était un mal nécessaire. Elle devait cacher cette douleur pour ne pas l'inquiéter, ne pas le provoquer, et qu'il n'use pas de cette noirceur en lui.

_________________
"Elen síla lúmenn' omentielvo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sere.forumactif.com
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Dim 21 Jan - 17:57

Voronwë garda ses yeux posé sur sa douce, il voyait qu'elle souffrait même si elle tentait de le cacher, certains signe physique comme les crispement dans ça mains en était la preuve. Cependant, il n'en dit rien, à l'inverse de ce qu'elle aurait put croire, il n'était pas en colère vis à vis la situation. Au contraire, il était fière de sa promise, elle qui disait quelque heure avant qu'elle ne pensait pas avoir l'étoffe de diriger leur peuples avait prit sur ces épaules de sacrifier sa liberté et de subir d'atroce douleur afin de protéger l'arbre sacré à leur yeux. Guère d'elfe aurait agis de la sorte et encore moins l'aurait fait hors de la protection de la cité comme elle le faisait depuis des années.

Il se pencha peu à peu sur elle avant de l'embrasser avec une tendresse toujours grandissante. Jamais c'est baisé n'était pareil, jamais il n'exprimait la même chose et surtout jamais n'était il automatique, mais au lieu transmettait tout son amour du moment. Car il était fou amoureux de cette elfe peut orthodoxe. Elle ne cessait de l'impressionner et de lui en apprendre sur elle. Même s'il aurait put croire qu'il savait tout d'elle elle venait toujours à le surprendre par un geste, un mot ou une action.


-(Quenya) Je suis tellement fière de toi, tu ne peux qu'imaginer à quel point je suis honoré que nos êtres se sont choisi. Si tu me dis de ne pas m'inquiéter, soit je te fais confiance et resterait à tes côtés jusqu'à ce que tu aille mieux, veillant sur toi comme tu veille sur nous.

Ces doigts caressèrent alors sa joue avec la délicatesse d'une plume. Elle était froide et certe cela l'inquiétait et il savait qu'elle en était consciente, mais il avait foi en elle. Si elle lui disait que tout irait bien et que ce n'était pas la première fois que cela lui arrivait alors il lui ferais confiance et s'assurerai que pendant ce moment de vulnérabilité personne ne puisse lui faire du mal ou même la déranger.

Tout en frôlant sa peau couleur de craie, il l'écouta attentivement. C'était alors bientôt la fête de l'hiver, depuis bien avant qu'il ne soit officiellement avec elle avait-il cessé de participer à cette fête pour s'assurer de la protection de cet évènement important pour les leurs. Il était vrai que maintenant qu'il n'était plus que tout les deux, elle ne pourrait accomplir les diverses tâche requise pour celle-ci qui demandait au minimum la présence d'un homme et d'une femme elfique. Il était heureux à l'idée que ça première fête de l'hivers depuis au moins un bon centenaire ce passe avec elle en, venant même à oublier le fait que les ténèbres c'était frayer une place en lui pendant un moment. Ce ne fût malheureusement que de courte durée. C'était une fête emblématique de la lumière, c'était une fête qui annonçait le renouveau de la lumière qui triomphait sur les ténèbres, les jours recommençant à durer plus longtemps. Mais serait-il possible dans son étât de pouvoir réaliser ce type de cérémonie, ou au contraire cela risquerait-il de transmettre les ténèbres à l'assemblé et à l'arbre sacré? La fin de celle-ci amenant les pratiquant à partager leur propre lumière aux gens présent, ouvrant une porte momentané sur leur sentiment. À ces dernier souvenir c'était une sensation épanouissante et réconfortante, mais avec Dûrion en lui, ne risquerait-il pas de s'assurer de pervertir ce rituel. Il baissa lentement la tête à cette pensé et ne fit que dire d'un ton sérieux mais avec une certaines mélancolie.


-(Quenya) Tu tiens tant à cette communauté que je ne peux, risquer d'ouvrir la porte à mes émotions. Dûrion pourrait en profiter pour assaillir tes "amis" de sentiment négatif et tu le sais. Je pourrais certes t'aider dans les préparatif des autres facette de la cérémonie mais nous ne pourrons accomplir le rituel ancestral. Pardonne moi, mais ta sécurité ainsi que celle de ces terres sont ma priorité absolu et tu le sait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alca Vorkail
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Dim 21 Jan - 20:01

Il était fière d'elle, comment pouvait il être fière d'elle, elle n'avait rien accomplie d'exceptionnelle non plus, elle n'avait fait que ce qui devait être fait. Il était toutefois vrai que personne n'avaient fait ce qui devait être fait, sauf elle. En fait c'était faux, certains étaient rester plus longtemps que d'autre, mais la destruction de la forêt, avait été le dernier combat qu'ils avaient perdu et avaient décourager les derniers.

Elle lui sourie tout en le regardant dans les yeux, elle était si heureuse d'apprendre qu'il n'était pas déçu d'elle pour cela. Elle avait eu une crainte avec le fait que la terre elfique n'était plus en vue et qu'elle avait permis que pour un temps des gens s'installe sur leur territoire, le temps que la lumière revienne.
Elle lâcha un soupire de douleur qui se transforma lentement en un petit soupir de soulagement. Le lien venait d'être fait, cela devenait donc moins pire, plus tolérable.

Elle fronça les sourcils lorsqu'il parla de ne pas pouvoir participer aux cérémonie elfique. Il était le seul à pouvoir se lier avec l'arbre avec elle, il n'y avait pas d'elfe ici a part lui. Elle comprenait sa crainte, mais à la fois ce n'était pas lui, la noirceur en lui ne le représentait pas lui. Il était un garde, un gardien des ténèbres, de la noirceur. C'est ainsi qu'il devrait le voir. Mais comment l'en convaincre.

- ( Quenya) Je comprends ton point de vue... mais...brrrrrrrrrbrrrrrr..... je comprends ce que tu veux dire, je ne peux te forcer à te lier avec l'arbre si tu n'es pas sur, mais... il n'est pas toi, il n'est pas celui qui a le contrôle, c'est le contraire. Tu as le contrôle sur ta vie, tu es toujours celui qui prends le choix et qui décide de ce qui va se passer. Je ne peux comprendre à qu'elle point cela est dure et à dut être dur pour toi... de prendre cette chose en toi, et t'éloigner de nous de la ville de tout cela... Mais la lumière avait un dessein pour toi, et c'est prouver aujourd'hui. Peu d'elfe aurait pu faire ce que tu fais en ce moment...Le jour ou tu sera près... ou tu auras confiance... nous accomplirons à deux les rituels.

Elle frissonna et regarda autour d'elle, comme si elle ne voyait plus ce qui se trouvait dans la pièce, comme si elle était en un autre lieu. Un sourire serein se dessina sur son visage, l'arbre venait d'établir complètement sa connexion et lui redonnait la force de combattre la noirceur. Il avait réussis à prendre toute l'énergie qu'elle pouvait lui donner, et cela lui avait suffit.

Elle ferma les yeux et son regard se riva sur celui de son bien aimé. Elle était pleine d'énergie, il pouvait voir qu'elle se sentait bien, que sa peau reprenait sa teinte naturelle, que ses lèvres perdait leur couleur bleuté et que la chaleur l'a regagnait. Elle le regardait droit dans les yeux, elle était reposer, mais l'instant de sérénité qu'elle avait eu se transforma en inquiétude. Elle s'assoya dans le lit, se sentant beaucoup mieux.

-( Quenya) La connexion était beaucoup trop courte... je n'ai pas beaucoup d'énergie... j'en ai usé pour te guérir, et lors du combat... en usant de cette magie j'ai affaiblis la protection de l'arbre....je n'ai pas su pensée à toute les conséquences, en fait je ne pensais pas qu'il y en aurait... je n'ai jamais autant user de magie depuis...surtout que ce n'est pas ma branche ce n'est pas moi.... je n'aurais pas dû... la fête l'aidera sans doute à se régénérer et à s'aider...

Elle se releva, du lit, en repoussant les couvertures, elle alla à son coffre et y regarda l'armoirie gravé dessus. Une étoile au centre d'un arbre. Une armoirie parfois aimé, parfois détester. Sa famille avait souvent été incromprise, et elle savait pourquoi, parce que même pour elle, tout n'était pas claire, alors il fallait laisser la chance aux autres.

-(Quenya) J'ai besoin parfois moi-même de me rappeler pourquoi je fais tout sa... pourquoi je suis ce que je suis. Je ne suis pas aussi profonde que mes cousines, que le reste de ma famille, mes sœurs mes frères... oui ils ne sont plus...ils ont disparu... mais eux savaient ce qu'ils faisaient ce qu'ils cherchaient alors que moi, je me sens encore au stade d'une enfant, de celle qui ne comprends pas pourquoi tel ou tel chose doit être faites...Mais je le fais, j'écoute mon instinct... et celui-ci me dit que tu n'es pas un danger que ce qu'il y a ici en toi n'en est pas un... sauf si tu lui laisse la chance d'en être un. Alors tant que tu n'auras pas appris à le garder enfermé...nous te laisserons loin de l'arbre et de la forêt et...croit moi, cela me peine de te dire cela...

Elle relâcha son coffre et regarda le trou dans sa demeure et baissa la tête. Elle avait pendant un moment oublier cela, au moins ce n'était pas dans la clôture des animaux. Elle se rapprocha du trou, cela avait été causer par une telle force, comment la créature avait pu survivre a cela, et si ce n'était pas le cas. Elle commença a s'inquiéter pour celle-ci, qui était peut être gravement blesser ailleurs et dans le froid.

-(Quenya) Il faut le retrouver... il a peut être besoin de soin... d'un toit, de quelque chose...il faut l'aider...et...il faudra réparer ce trou.

_________________
"Elen síla lúmenn' omentielvo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sere.forumactif.com
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Lun 22 Jan - 20:05

Il secoua un peu la tête au dire de sa douce, la naïveté de celle-ci reprenant le dessus. S'il refusait de se lier à l'arbre et d'accomplir ces rituels n'était pas qu'il doutait de ces propres choix, mais bien dût au risque que ce ne soit plus lui qui décide. Dûrion avait été étrangement calme durant la nuit et la matiné, cela lui faisait redouter le pire. Lui qui avait déjà perdu 40 ans enfermé avec l'elfe dans la prison de lumière devait avoir bien des choses à accomplir à rattrapper. Hors s'il n'agissait pas c'était surement car, soit son jeu était déjà jouer et qu'il attendait que d'autre joueur n'agissent, soit qu'il attendait que Voronwë baisse la garde pour s'emparer de son corps définitivement. Dans le premier cas, l'elfe ne pouvait que rester à l'affut de ce qui se passait dans les environs pour pouvoir protéger ce lieu. Hors le deuxième cas, c'était lui qui le forçait à l'inaction, car plus il prenait de risque et baissait sa garde sur garder ses émotions en contrôle, plus grande était les chances que Dûrion puissent en profiter. Il ne doutait pas d'être capable à la longue de ce calmer et de reprendre le contrôle si Alca était avec lui, mais quel dégât aura t'il causé pendant ce temps.

Il avait de la difficulté à comprendre pourquoi son amour ne réalisait pas cette implication. Elle qui comme lui devait veiller à garder le contrôle afin de protéger l'arbre sacré. Elle même devait se restreindre de certaines actions comme d'usé sa magie. Comme lui, s'en y pensé elle avait mis de côté son rôle pour le soigner. Lui, il avait laissé place à Dûrion pour la sauvé des mains de cette créature difforme. Elle parlait qu'il était un gardien de la lumière, mais ce n'était pas ce qu'il croyait. Il était plutôt un geôlier des ténèbres, son but actuel n'était pas de veiller sur la lumière et son épanouissement, mais bien de garder enfermer les ténèbres qui l'habitait afin d'éviter qu'il se propage. Ils étaient en ce moment dans deux mondes complètement différents, ce qui le blessait au plus profond de son être. Elle devait comprendre, malgré ce qu'il espérait tout les deux, que pour le moment le passé qu'il avait partagé en commun devait être mis de côtés, et que leur devoir mutuel était bien plus important que leur propre bonheur. Elle, espérait le retour de la lumière et de la paix, espérait un monde où ils pourraient tous deux vivres heureux. Lui, espérait simplement de la protéger des ténèbres, il se moquait que les autres espèces s'entretue, cela n'était pas de son ressort, mais là protéger oui, que ce soit en tant que fiancé ou en tant que dernier gardes de la cité.

Cette petite déception et tristesse vis à vis leur destin se voyait dans son regard, mais elle pouvait aussi voir qu'il ne voulait pas en parler. Cela ne ferait que l'affaiblir et il ne devait pas, il devait s'assurer de garder le contrôle. Plus ces émotions était forte, plus il était facile qu'elle chavire et deviennent négative. Les excès dans une telle situation étaient inacceptables, il devait modérer ceux-ci en évitant certaines positive et en exprimant la majorité des négatives pour éviter qu'elle ne s'accumule et n'explose.


-(Quenya) Il est certes mieux que je reste à l'écart de la forêt et de l'arbre sacré, cela sera plus prudent. Alors n'en soit pas triste, car ce n'est pas toi qui m'empêche de le voir, c'est ton devoir de le protéger et le miens de veiller que les ténèbres ne s'en y approche pas. De plus, ma magie est peut-être teinté à présent par Dûrion alors non me lier à l'arbre est une très mauvaise idée.

Il soupira à sa demande d'allez vérifier l'état de cette chose qui l'avait attaqué la veille. Elle n'avait pas du tout changé son habitude de se mettre en danger pour les autres, mais cela ne devait put être le cas. Cet égoïsme de vouloir suivre son désir d'aider son prochain devait être diminué, car sa tâche était à présent de protéger l'arbre sacré. Avant qu'il n'eut appris qu'elle c'était lié à lui il n'aurait rien dit pour l'en dissuader, mais à présent c'était tout autre chose.

-(Quenya) Je désapprouve clairement cet idée d'allez le voir. Qu'arriverait-il s'il te blessait grandement ou te tuait. Les protections sur l'arbre sacré diminuerait ou même s'estomperait et la tâche qui ta choisi et que tu as accepter serait alors un échec. Je comprends que tu t'inquiète pour les autres et ce serait une émotion louable pour une éleveuse, mais pas pour une gardienne. Te mettre en danger, signifie de mettre en danger ton devoir. Ne fait pas la même erreur que j'ai commise en laissant tes émotions guider ta décision. Si au lieu d'être partie venger mes hommes je serais revenu avec les survivants, j'aurait put continuer de protéger la cité pendant plus longtemps et certains autres serait peut-être resté. Tu ne veille plus uniquement que sur ces êtres vivants, mais sur la lumière tout entière, un mort n'est rien à comparé à toutes ses vies que tu peu protéger en restant en vie et en veillant à ton devoir.

Il soupira sachant que ce qu'il venait de dire risquerait de l'avoir blesser et que s'il lui interdisait complètement elle en serait abattu et ne voulu pas cela. Lentement il commença a enfiler ces bottes, puis se dirigea vers la porte. Elle devrait réaliser peu à peu l'étendu des responsabilités qui l'incombait à présent. La forcer ne ferait que la mettre au pied du mur et risquerait de la pousser à faire éventuellement de mauvais choix sans voir toute les alternatives possibles comme la retraite. Il devrait l'entrainer pour qu'elle sache ce défendre réellement et en attendant que cela soit le cas, il redoublerait d'ardeur pour s'assurer de sa sécurité.

-(Quenya) Allons-y pendant qu'il fait beau et au retour nous irons chercher des planches s'il vous en reste pour que je répare le mur. Dès demain, nous commencerons aussi ton entrainement aux armes. Je t'ai vu tirer à l'arc hier, tu es précise, mais ton endurance à l'effort est beaucoup trop bas. Si ça n'aurait pas été de tes allié tu serais morte avant même d'avoir put décocher une troisième flèches.

Il avait parlé d'un ton sec et autoritaire ne laissant pas place aux objections. Jamais par le passé n'avait il même sous entendu une possibilité d'entrainement aux armes préférant qu'elle reste éloigné des champs de bataille le plus possible. Mais il avait vu la veille que ce manque flagrant d'entrainement ne l'avait pas empêcher de risquer ça vie la veille et donc il serait essentiel qu'il la forme afin qu'elle puisse se défendre si encore une fois elle charge tête baissé. Cela se voyait qu'il disait cela car il s'inquiétait pour elle, s'inquiétait pour sa santé, autant physique que psychologique. Si elle échouait à protéger l'arbre, il était certains qu'elle en serait détruite et il ne pouvait l'accepter.

-(Quenya) Je t'aime Alca... ne l'oublie jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alca Vorkail
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Lun 22 Jan - 21:08

Sans dire un mot, elle l'écouta parler. Il était différent dans son ton, dans son regard dans sa position. Il était soudainement devenue légèrement différent et cela elle ne le voulait pas. Elle voulait que tout ce passe comme par le passé, que tout reste pareil, identique. Elle voulait le bonheur, elle y avait droit, elle croyait avoir tout fait pour, mais visiblement elle avait fait quelque chose de travers. La malédiction s'abbattait sur tous ceux qu'il l'approchait, non sur tout elfe qui l'approchait. Sa famille, ses amis et maintenant lui.

Elle alla vers la porte le cœur gros, remplie d'une tristesse et d'une douleur qui était pour elle physique. Elle avait l'impression d'un instant, vu ces cauchemards, ses angoisses, prendre vie devant ces yeux. Elle avait vu tout cela que par le ton que venait de prendre Voronwë. Il était plus froid, plus sec, plus directif qu'amoureux, et cela, malgré qu'il lui disait qu'il l'aimait. Non ce n'était pas cela qu'elle voulait, ce n'était pas ce qu'elle voulait entendre, ce n'était pas ce qu'elle voulait pour eux.


(En quenya)- Ne me parle pas ainsi, nous sommes promis l'un à l'autre, je ne mérite pas que tu me parles comme tu parles à un soldat dont tu n'es pas fier. Ce n'est pas ce que je suis, ce n'est pas ce que je serai à tes yeux, ni maintenant, ni jamais. Tu veux que je me protège, tu veux que je sois plus forte, tu veux que je reste en vie. Je suis apte à le faire. À ma manière, pas la meilleure qui soit, mais je sais le faire. Regarde je suis encore ici, j'ai survécu, je me suis battue, j'ai repousser des gens qui ne voulait que le mal... j'ai...j'ai même du …. tuer des gens! Alors non ne prends pas ce ton. Tu veux m'enseigner à mieux me défendre, à mieux me battre soit, mais s'il te plait, ne me parle pas sèchement comme tu parlerais à une recrue. Je ne suis pas une membre de ta garde, je suis ta promise. Je ne suis pas ''qu'une gardienne'' je suis aussi une éleveuse, aussi ta promise, aussi une elfe, aussi une lumière, je suis tout cela à la fois. Je suis bien plus qu'une seule chose.

Elle parlait de plus en plus avec force, confiance, détermination, elle chassait les idées noires qu'elle avait parfois dans la tête, elle chassait ce doute, cette crainte, ces cauchemars qu'elle avait, elle ne laisserait personne lui parler sèchement, comme il venait de le faire. Il n'avait pas à lui dicter ce qu'elle devait faire, il avait toujours été plus stricte, plus sévère, à demander de suivre des ordres, mais elle avait toujours su qu'elle avait le choix de lui dire non, cette fois,il avait parler différemment et elle n'appréciait pas cela, elle n'appréciait pas du tout.

(En quenya)- Je suis bien plus qu'une chose, je suis Alca Vorkail, descendante de la ligné de la lumière de vie. Je suis la réponse à la destruction des ténèbres et croit moi, cette chose en toi se verra anéantie à jamais car tel est la destiné de mon sang.

Elle alla poser son index sur le cœur de Voronwë. Les yeux de la jeune elfe devinrent illuminé d'une faible lumière argenté. Ces yeux dégageait de la douceur et de la protection. Alors que son doigt était toujous posé sur son cœur, une minuscule étincelle de magie quitta le bout de ces doigt et alla se loger dans le cœur de Voronwë.

Cette étincelle était pour lui, une douceur, un câlin, un bien être indescriptible, ce petit bout de magie semblait venir le réchauffer de l'intérieur. Cette simple étincelle avait eu un impacte incroyable sur ce qu'il était en dedans, sur comment il se sentait. Il pouvait se sentir à nouveau entier, à nouveau entouré, à nouveau comme avant.


Mais cette étincelle agissa aussi sur la noirceur en lui. La noirceur put ressentir un grand mal, un grand malaise. Une sorte de trou venai de se créer dans son être, une sorte de déchirure, une part de lumière semblait avoir détruit, une légère partie de cet ombre sombre, mais ce n'était qu'une légère cicatrice pour le moment, une preuve que cette Alca était un danger, une preuve qu'il y avait bel et bien, une chose qui pouvait le détruire et pas seulement tuer son hôte, une preuve qu'il pourrait souffrir atrocement avant de disparaître à jamais.

Alca ne sembla pas s’apercevoir de ce qui venait de se passer. Elle retira son index de sur le cœur de Vonronwë et le regarda dans les yeux alors que la lumière disparaissait de son regard. Alors qu'elle semblait redevenir l'Alca qu'il avait toujours connu. Elle lui fit un sourire se hissa sur la pointe des pieds et alla l'embrasser avec tendresse.


-(En quenya) Je t'aime plus que tout au monde et je ne veux pas perdre ce que nous étions, nous sommes qui nous sommes, nous sommes promis à l'un et à l'autre et nous aiderons l'un et l'autre du mieux que l'on peu, ensemble comme on a appris à le faire. Ensemble on est plus fort que seul de notre coté à tenté de faire quelque chose pour l'autre. ENSEMBLE. D'accord?

Elle le regarda la tête légèrement penché sur le coté, elle avait hâte de lui montrer le village, hâte de lui faire rencontrer ces amis, hâte de lui montrer qu'il y avait des gens autres que juste les elfes à aider, hâte de lui montrer que leur lumière était partout, qu'il suffisait simplement de la voir et de la faire voir.

_________________
"Elen síla lúmenn' omentielvo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sere.forumactif.com
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Mer 24 Jan - 19:55

Il l'écouta parler est soupira faiblement. Sur ce point elle n'avait pas changer, elle idéalisait toujours trop ce monde et ne réalisait pas les implications en cours, pas de la même manière que lui en tout cas. Par le passé, il était rare qu'il se dispute, mais cela risquait de devenir plus courant vut les choix qu'elle avait fait. Une des choses qu'il adorait d'elle était le fait qu'elle n'était justement qu'une éleveuse, qu'elle n'avait pas a risquer ça vie, qu'elle n'avait pas à répondre à qui que ce soit de rien. Mais elle avait prit la voie des armes pour protéger la paix. Elle l'avouait elle même elle avait prit des vies, elle avait dut alors sentir se changement en elle, ce vide qui vous envahit lorsque l'on réalise qu'on a arracher la vie à quelqu'un, même si c'est pour notre protection. Il aurait préféré qu'elle reste loins de ce monde, loins de tout ceci, mais elle avait choisis de devenir une gardienne et elle devait réaliser que oui elle était plusieurs choses, mais que tous n'avait pas la même priorité. Être doux avec elle certes aurait put calmer la situation, mais aurait aussi put laissé croire que ce n'était pas si important ce qui était tout a fait le contraire.

- (Quenya) Je te parle ainsi justement car nous sommes promis l'un à l'autre Alca, car je m'inquiète à la fois pour toi et la protection de l'arbre sacré qui est sous TA protection. Je ne te parle pas comme à un soldat dont je ne suis pas fier, je te parle comme à un égal qui porte une lourde tâche. Tu t'attendais à quoi, que je te dise de continuer à prendre des risques comme tu le fait et, par le fait même de mettre en danger le dernier vestige de notre peuple. Oui je veux que tu te protège, que tu sois plus forte et non je suis désolé mais tu n'es pas apte à le faire en ce moment, en ce moment si tu viendrai à être trahis comme nous l'avons été au début de la guerre tu n'aurais pas la force de te défendre seul. Tu crois que c'est ce que je veux de te voir mourrir!? Je tiens beaucoup trop à toi et si je dois être sévère et même méchant pour que tu le comprenne je le serais, car là en ce moment tu idéalise le tout. Que la lumière reviendra d'elle même et ce sans problème. Mais tu as vu que ce culte et à nouveau en mouvement, tu as aussi remarquer que les anges eux même ne sont pas de notre côter. Alors tu dois apprendre à protéger ce que tu as choisi de défendre, l'arbre sacré. Si tu le fais uniquement pour préserver ce que nous étions sans prendre cela aussi sérieusement qu'il le faut alors brise le lien. Nous perdront l'arbre mais au moins je te perdrai pas car il te siphone ton énergie. Je suis fier, extrêmement fier de cette elfe qui a prit sur ses épaules une tâche aussi énorme, mais tu dois te demander l'as tu fait pour nous, pour notre peuple ou pour la lumière global! Si c'est pour nous alors tu as fait une erreur de te lier à lui, car cela ne fera que nous distancer et tu le savait très bien au fond de toi. Si c'est pour notre peuple et son possible retour, alors comme moi tu te dois d'être forte et capable de défendre ce que tu as décider de protéger. Finalement, si c'est pour la lumière global, alors là tu dois devenir plus forte que moi, autant mentalement que physiquement, tu dois devenir une meneuse et être paré à faire des choix difficile comme nous sacrifier ou sacrifier la vie d'allié afin de veiller sur la lumière. C'est triste mais c'est ça la réalité et tu le savais au fond de toi sans que je te le dise. Notre promesse de nous unir était entre toi et moi il y a 40 ans, il était entre un chef de garde et une éleveuse, non pas entre le geôlier d'un sombre venu et la gardienne de la lumière. Je sais que c'est cruel ce que je dis, mais ta vie à pour moi de loins plus d'importance que mon existence ou mon bonheur. S'il faut que je veille sur toi de l'ombre alors je le ferais si ça m'assure que tu restera en vie et que tu sera bien avec le choix que tu as fait.

Il serra un peu les dent et regarda par la fenêtre avant de rajouter. Il avait mal si mal de dire cela, mais il le devait, il le savait, elle était si importante pour lui, qu'il ne pouvait accepter qu'elle se mette en danger de la sorte. Si elle voulait absolument être gardienne de l'arbre sacré, alors elle devait grandir et devenir bien plus forte, comme lui, car bien des gens tenterons de la détruire plus la lumière grandira.

- (Quenya) En ce moment tu fais la gamine car nous nous sommes retrouver, mais nous ne somme plus des enfants, nous ne vivons plus en paix et à l'abris dans les murs de la cités, nous avons en ce moment chacun un lourd destin à porter.

Il avait vu dans son regard qu'elle n'avait pas du tout apprécier comment il l'avait traiter plutôt en lui donnant des ordres et ce qu'elle venait de rajouter ne faisait que le préciser d'avantage. Une choses, jamais il ne l'avait vut comme tel, mais c'était comme cela qu'elle avait interprété son inquiétude et il n'y pouvait rien. Mais quand il posa le doigt sur son coeur il vit au dernier moment la lueurs argenté se formé et tout ses sens lui crière de s'éloigner, mais n'eut pas le temps. Son être étant étroitement lié à celui de Dûrion qui l'enserrait, lui fit ressentir la douleur qu'il vivait. Le forçant à posé genoux au sol dans un grognement de douleur. Les tatouages sur son visages revinrent à leur état initiaux avant qu'il ne pactise avec Dûrion la veille ce qui prouvait que l'emprise sur lui avait faibli. Quand elle tenta de l'embrasser il se recula les dent toujours séré et se releva. Ce qu'elle avait dit à la fin le mettait hors de lui en ce moment, la destruction des ténèbres, l'anéantissement de Dûrion, la destiné de son sang. Elle ne comprenait donc rien. Elle agissait comme un enfant qui voyait soit blanc soit noir, mais plus souvent blanc. Elle était en ce moment par ce geste par cette phrase aussi pire que Letos à ces yeux ou le culte lui même, du fanatisme à l'état pur. Il ne croyais pas que la lumière soit ça, il refusait d'accepter que la lumière ne soit que l'ennemi des ténèbres. Les deux était intimement lié, les deux ne pouvait exister sans l'autre. Agir comme elle le faisait, était craché sur ce qu'il croyait et sur ce qu'il avait toujours cru voir en elle, cette possibilité d'apporter la lumière même dans les âmes les plus ténèbreuse, d'aider les gens, peut importe qui ils sont, dans le but de protéger et surement pas détruire.

-(Quenya) Anéantir les ténèbres ! Tu t'entend parler ! Tu sonnes en parti comme certains membre de ta famille qui se croyait en quête sacré de détruire les ténèbres. Le pouvoir que tu viens de démontré, même si je réalise que tu ne le contrôle pas, en ce moment tu en abuserai et ne ferait que plongé le monde dans un monde dénué de sens! Si les ténèbres sont le chaos, la lumière n'est que son contraire l'ordre. L'ordre veut dire le respect des lois, des règles, de l'individu, un tout qui ne peux être atteint que par un contrôle complet de la personne, alors son inverse, les ténèbre eux sont la liberté de pensé et d'agir. Si tu détruit les ténèbres que tu les extermine comme ta famille le souhaiter temps oui tu va créer un monde de paix, mais un monde morne et vide de sens. Si les ténèbres au contraire détruise la lumière, ce sera l'extinction complête. La Alca que je connais ne souhaite ni un ni l'autre, elle se moque de tout cela, elle veut le bien c'est tout et le biens malheureusement c'est subjectif, ton bien n'est pas celui d'une autre personnes. Ton bien ce situ justement à apporter au gens cette chaleur et ce réconfort et non pas à une quête tout a fait insenser comme le fond les anges qui tentes eux aussi de détruire les ténèbres. Notre monde, celui dans lequel nous avons commencer à nous aimer en était un de lumière et de ténèbres avant que la balance ne commence à pencher, et la tu me parle de la pencher de l'autre côté!

Il s'appuya contre le mur et fermit les yeux pour reprendre son calme. De là voir ainsi, cette Vorkail et non pas Alca l'enrageait et le mettait hors de lui mais surement que dût à l'attaque qu'il avait reçu Dûrion restait calme pour le moment. Après plusieurs minutes à méditer il put reprendre le contrôle sur lui même et ouvrit enfin de nouveau les yeux avant de les posé à nouveau sur elle.

-(Quenya) Ma possessions ne devrait pas t'écarter de ta vrai tâche, celle de protéger la lumière et non pas de détruire les ténèbres. Si tu te laisse entrainer dans cette état d'esprit, crois moi tu viendra à le regretter et tu me perdra, car tu ne seras pas mieux que Létos. Prêt à tout pour détruire l'autre côté et tu sera facilement manipulable. Je t'aime Alca et moi non plus je ne veux pas te perdre. Je conçois que oui ensemble nous sommes plus fort, tu me donne là force de résister à Dûrion, mais tu n'as pas du tout le caractère pour protéger la lumière en ce moment. Oui je suis là, physiquement je pourrais t'aider, mais mentalement, tu n'est pas prête à ce qui va arriver et si tu veux diminuer les risques que cela ce produise il faudra aussi que physiquement tu sois prête toi aussi. Je te dis pas que je n'ais pas rien à apprendre moi non plus, je dois apprendre à faire confiance à ce monde qui m'as trahis plus d'une fois. Mais au moins, j'ai la force en ce moment de me battre pour ce en quoi je crois et c'est en le fait que Dûrion ne doit surtout pas retomber dans les mains des sombres venu ou des cultistes et s'il faut que je me batte contre 10 ou 20 homme je le ferais et tu sais que j'en serais capable. Oui ça nous rend fort, mais nos devoir sont contradictoire aussi, car si je viendrait à avoir le choix entre "libéré Dûrion et te sauver la vie" ou "garder enfermer Dûrion et te perdre" je sais très biens que je sacrifierai ce monde au ténèbres pour te garder en vie et je vivrait bien avec ce choix. Hors toi, si je suis dans cette situation ou tu dois choisir entre moi ou des milliers d'être vivant, si tu me choisi, tu t'en voudra éternellement d'avoir sacrifier tant de vie et si tu les choisi ton être se mourra du fait que nous ne sommes plus ensemble. Je sais pas si tu comprends à présent. Dans mon cas tu es ma priorité et mes choix seront toujours au détriment des autres. Dans ton cas, à cause de ta nature bonne, tu ne sera pas prêt à prendre ce genre de choix et tu risque de perdre les deux. Comme nous sommes notre propre faiblesse nous nous devons de devenir plus fort mentalement et physiquement afin d'avoir même une infime chance de ne pas avoir ce choix à faire et si ce choix vient alors d'être capable de choisir ce qui est le plus important pour nous sans regretter notre choix après et en acceptant les conséquence que cela entraînera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alca Vorkail
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Mer 24 Jan - 21:12

Elle baissa son regard, cherchant sur le sol, une marque, une irrégularité, n'importe quoi qui pourrait l'empêcher de pleurer. Elle avait mal, tout ce qu'il lui disait lui faisait mal. Non en effet, il ne se comprenait pas, non en effet il ne songeait pas à la même chose, ne voyait pas les choses sous le même angle. Pourquoi, pourquoi fallait-il que tout soit si dure, pourquoi ne pouvait-elle simplement pas être heureuse, non s'était impossible. Elle avait un rôle à jouer de par son sang, elle avait une chose à accomplir, elle devait ramener la lumière ramener cet équilibre qu'il avait mentionner, mais oui, il faudrait détruire des ténèbres pour ramener l'équilibre, car celle-ci n'était plus.

Elle ne releva pas le regard, elle ne voulait pas qu'il voit les larmes qui coulaient le long de ces joues. Des larmes qui venaient des paroles dures qu'ils venaient de lui dire. La tristesse d'apprendre qu'il était amoureux d'une éleveuse et pas d'une protectrice.

-( Quenya ) Je n'ai pas été élever comme toi, je n'ai pas eu cette ''chance'' d'être vu en héro peut importe où je mettais le pied, je n'ai pas été élever parmis les plus grand de notre peuple, j'ai toujours été l'ombre qui restait à la lumière. Ma famille a été dénigré, abandonner, laisser de coté, parce que c'était impossible que les ténèbres prennent le dessus sur la lumière, parce que c'était impossible que les nôtres soient en danger. Les prévenir je l'ai fait, croire en la lumière j'ai fait, j'ai tout perdu la dedans, ma crédibilité, ma vie, mes amis, à part toi, m'a tu réellement vu avoir des amis? Les animaux? Oui se sont les seuls dénués de jugements négatif envers moi, ils me font confiance. C'est tout. Tu me demande d'être mature, forte, plus forte que toi. Comment puis-je être plus forte que le Héro de notre peuple, de notre cité? Comment puis-je être ce que je ne suis pas?

Elle secoua la tête un peu, passa à coté de Voronwë et alla sur le mur du fond de la maison, à coté du lit, elle y apposa son dos et se laissa glisser le long de celui-ci. Elle s'assoya sur le sol, les jambes replier l'une dans l'autre, gardant toujours la tête basse, essayant de ne pas lui montrer ces larmes, alors qu'elle savait cela impossible.

- ( Quenya ) Je ne suis pas parfaite, j'ai mes croyances et tu as les tiennes, Voronwë, je t'aime, plus que tout, et croit moi, si ce n'était pas le cas, je ne serai pas ici à attendre. Ce que j'ai fais, ce que je fais, n'est pas pour nous directement, je le fais car les elfes ont le besoin d'être sur cette terre, nous avons besoin de rester ici pour nous assurer de l'équilibre comme tu l'as dit, mais l'équilibre nécessite parfois la fin de certaines choses. Que ce soit celle de lumière ou celle des ténèbres. Les anges, les démons, les humains, les créatures magique, rien n'a a voir avec cela. On parle de forces de l'univers qui créer et dicte le monde. La lumière est vie et les ténèbres sont mort, les deux sont nécessaire et je le sais, mais là ou il doit y avoir destruction est le moment ou l'un prends le dessus sur l'autre. Voilà pourquoi je te parle de destructions. Je voudrais tant sauver tout le monde, je voudrais tant amener à un changement, mais tu sais aussi bien que moi que les ténèbres se doivent d'être détruit pour ramener l'équilibre. L'heure du moment ou il aurait fallu amener les ténèbres vers la lumière est dépasser.

Ma famille à tenter de vous prévenir, ma famille à tenter de vous le dire, de le crier au monde. Mais on nous a simplement traité de fou. On nous as déshonorer. Le nom de ma famille à ce jour n'est que l'écho de raillerie. Il n'est plus associer à la protection de la lumière. Ma famille contraire existe aussi, je ne suis pas la seule, dans la noirceur de la nuit, la famille Sariour'arha (Destin de l'obscurité en elfe noir) est là pour veiller sur l'obscurité, seulement eux, ne cherche pas la balance, il détruise, j'ai eu affaire à eux, une fois, mais je n'étais pas seule. Aldebert était là, le village était là. Ils m'ont tous aidé. Je crois aux gens, je crois aux autres, et c'est LÀ que réside ma force, je ne suis pas seule et je ne serai jamais seule. Même si ma famille n'est pas dans les honneurs, même si je ne suis pas un héro, même si mon propre peuple en est venu a me détester et me ridiculiser, je ne suis pas seule.


Elle serra les dents, elle devait se calmer, elle devait respirer, mais elle n'y arrivait pas, elle n'arrivait pas à faire cesser ces larmes, elle n'arrivait pas à contrôler ces émotions, en ce moment, elle ne voulait pas voir la réalité qu'était celle qu'il y avait possibilité qu'ils ne puissent pas être ensemble, qu'ils ne puissent pas vivre ensemble. Leur amour leur serait-il interdit, était-il encore une fois une autre personne qui subissait sa malédiction. Il ne l'avait pas encourager à ne pas y repenser, non. Vonronwë venait de la replonger dedans et c'était douloureux, c'était glacial, c'était terrifiant.

( Quenya ) Tout elfe que j'approche, est condamner à vivre le pire. Depuis ma naissance que ma famille voit le retour de la noirceur. Depuis ma naissance ils ont tout perdu. Tout les membres de ma famille. Chaque amis que j'ai eu m'a tourné le dos, toi tu es le seul ''vrai'' ami qui est resté, et maintenant cette malédiction reviens. Je t'ai perdu pendant de longue années, c'est de ma faute, tu n'aurais jamais du t'approcher de moi en fait... et si tout cela était tout simplement de ma faute... peut être qu'en fait je suis responsable de cela. C'est vrai, les ténèbres ont commencer a gagner à ma naissance.

Elle étouffa un sanglot, elle attrapa une couverture sur le lit et s'enroula à l'intérieur de celle-ci, cachant son visage plein de larme, cachant son corps. Elle se laissa tomber sur le coté, se couchant sur le sol dur et froid et elle laissa les larmes couler à flot. Elle était épuise de se battre, épuiser de toujours rester forte, épuiser de tenter de redresser la lumière, et voilà maintenant, que la seule vrai personne ayant eu une importance capitale dans son cœur, venait de tout simplement lui dire qu'elle n'était pas celle qu'il avait aimé. Elle était égoiste, elle voulait le bonheur, elle voulait être heureuse, elle voulait son conte d'elfe à elle, avec le '' Et ils vécurent heureux''.

(Quenya ) J'en ai assez d'être toujours forte, de tout garder sa, j'en ai assez de ne rien comprendre, de ressentir, d'essayer. Je fais ce que je crois juste, je n'ai pas changer! Tu dis que je ne vaux pas plus que les gens qui sont fantatique. baliverne. Sinon il n'y aurait pas tout ces gens, il n'y aurait pas Aldebert, qui combat jour après jour ces démons, je ne voudrais pas prendre soin de cet homme qui m'a attaquer, je ne voudrais pas que tout ces gens soit ici et je n'aurai pas pris les armes. Je veux juste être dans la cité, je veux juste être dans tes bras, je veux juste avoir le droit d'être heureuse. Mais c'est tellement égoiste de penser cela, c'est tellement malsain, et comment je peux me plaindre alors que tu as vécu, que tu vie bien pire que moi.... comment je peux oser cela. Pardonne moi d'être aussi loin de ce que tu voudrais que je sois.

Mais je ne peux pas laisser notre culture disparaître, je ne peux pas laisser l'arbre de vie qui est une source dans la balance de la lumière s'éteindre, je ne peux pas tout abandonner cela. Non je ne suis pas forte, non je ne suis pas parfaite, mais je ne suis pas seule, le village est là. Il est rare que je prends les armes, mais c'était si proche du village, si proche de ce que je dois protéger que je devais y aller.

Elle soupira et se mit a trembler, mais ne s'en apperçu pas. Elle n'arrivait pas à ressentir le froid qui irradiait des dalle de pierres de son plancher, tant elle était envahie par la tristesse. Elle ne comprenait plus s'il voulait d'elle ou non, si son choix était de partir, de la quitter, de l'abandonner comme tout les autres, ou de rester, elle n'arrivait juste plus à réfléchir, elle avait vécu si longtemps dans le dénis de ces émotions que tout semblaient remonté en même temps.

La tristesse de son départ, la tristesse de sa disparition, le déshoneur que son peuple lui avait fait subir, leur abandon à eux, l'apparition des ténèbres, la destruction de sa forêt et bien d'autre évènements, tout lui revenait en tête et tourbillonnais sans cesse, sa tête était marteler. Un grand mal de tête était en train de la prendre.

( Quenya) Mais il faut... que je me calme... les animaux... ont besoin de moi... les villageois aussi... je dois juste... me calmer un instant...

(En humain) Nous somme demain et c'est déjà un autre jour alors cesse de t’apitoyer et relève toi, tu n'a pas de raison d'être en cet état, tu n'as pas le droit.

Elle se redressa et enleva lentement la couverture de sur son visage, les larmes diminuait, ses yeux était rouge, elle tremblait de froid, de colère et de désespoir. Elle était épuiser mentalement, et c'était une faiblesse que Durion pourrait sans doute exploité un jour, car elle n'était pas prête de réussir à passer a travers tout ces propres démons.

_________________
"Elen síla lúmenn' omentielvo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sere.forumactif.com
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Mer 24 Jan - 23:21

Il l'as laissa ce déplacer dans la maison est parlé lui offrant le silence et son écoute compléte. De l'avoir si blessé si triste, le faisait tout autant souffrir. Mais elle réalisait, en parti, ce que risquait d'être leur destin. Il s'en voulait de lui faire revivre toute ces émotions et ces souvenirs mais sans eux, elle baisserait la garde et risquerait d'être trahis par les autres, trahis par ceux qu'elle considérait comme des amis. C'était bien de faire confiance, lui même avait eu pleinement confiance en les siens car ils partageait la même culture, les mêmes valeurs et un passé similaire, hors ces êtres dont faisait partit les habitant de ce village elle les accueuillait en faisant fit de leur passé, en faisant fit de leur culture et cela à long terme lui attirerait sans l'ombre d'un doute une dague dans le dos. Elle se devait de grandir, il l'aimait, plus que tout au monde, mais justement par amour il devait s'assurer qu'elle grandissent et qu'elle deviennent plus forte. Qu'elle réalise certains chose même si cela faisait mal. Ils savait, que cela pourrait la briser moralement, mais il avait confiance en celle qu'il aime qu'elle ne ferait que plier sous la force de la tempête avant de ce relever plus forte encore, au lieu de briser comme bien des gens qui laissait croire qu'ils était fort. Il avait vu bon nombre de ces "héros" dont elle parlait ne devenir que des épaves suite à la défaite, n'être que l'ombre d'eux même, il savait que ce ne serait pas son cas, oui elle souffrirait, oui elle viendrait à douter et à avoir peur, mais ce doute, cette peur ne la paralyseront pas, il l'aideront dans le futur à mieux évaluer les solutions et ce qui devait être fait quand une situation catastrophique arrivera. Il n'avait pas voulu lui dire, lui rapeller qu'il était possible qu'un jour même contre sa volonté il devienne son ennemi car elle ne voulait pas y croire, mais c'était une possibilité, et ce jour là... elle devait être prête à faire l'impensable et protéger ce qu'elle devait protéger, sans son aide, sans lui pour veiller sur elle comme il l'avait toujours fait. Elle c'était raccrocher sur leur promesse, sur le fait qu'il reviendrait, et il réalisait à quel point leur amour les rendait dépendant l'un de l'autre, mais s'il devenait ennemi, il serait essentiel qu'elle ne perde pas la foi, et qu'elle s'accroche pour le bien de la lumière, pour le bien de ce en quoi elle croyait. La voyant ce redresser et lui montrer ses larmes son coeur se fendit ne pouvant garder son regard rivé au sien tellement il avait mal. Puis, il s'avança vers elle et s'assoya sur le bord du lit avant de tappoter de sa mains l'espace à côté de lui pour qu'elle le rejoigne.

- (Quenya) Ne parle pas de chance face à mon éducation mon amour, crois-moi, rien de ce que j'ai fait ne devrait être considéré comme héroique. J'ai tuer des gens, des gens pauvres, affamé qui tentait de simplement survivre en entrant dans notre forêt. J'ai tuer autant des femmes que des hommes pour protéger notre cités de l'invasion de ces êtres. On m'as donné se titre, car justement, j'agissait selon ce que me dictait nos lois, nos règles, mais je n'était pas pour ça un héros. Je restait un meurtrier assailli de cauchemar revoyant sans cesse les centaines de gens à qui j'avais arracher la vie. Crois moi, en haut comme en bas, nous sommes très seul, car en haut, tous s'attende à la perfection de nous et soit ce sente inférieur à toi, te craigne ou te juge. En bas, on te rejette, on t'ignore ou on te juge aussi. Je ne dis pas que ta situation a été plus facile que la mienne, j'ai bien conscience que sur certains aspect j'ai eu une vie plus facile, mais la solitude reste là même.

Il fit une petite pause en relevant la tête pour regarder le plafond de la demeure se remémorant lui même de son passé, de ces gestes qu'il avait posé et du fait qu'Alca était celle qui avait sut rapporter la lumière dans son monde de ténèbres. Car comme elle l'avait dit, la lumière était la vie, les ténébres la mort, et il avait été élevé certes pour protéger là vie mais en propageant la mort des autres. Il n'était qu'un outils, utilisé soit par la lumière ou par les ténèbres.

-(Quenya) Je ne t'ai jamais demander d'être parfaite, la perfection est quelque chose d'inattaignable, et nous avons toujours eu des croyances différente Alca. Mais tu viens de le dire, si ce n'était de moi, tu ne serais pas ici à attendre, je t'ai enchainé au passé à tes démons justement, à ce qui t'empéche de grandir, car oui tu n'aurais pas complètement changer en mentalité si tu ne serais pas rester ici, mais tu aurais avancé tu aurais voyager, vu les ténèbres de plus prêt et appris à les surmonter à les combattres. Tu dis que l'équilibre nécessite parfois la fin de certaines choses, c'est faux. L'équilibre c'est l'avancement, l'évolution, l'apprentissage, l'équilibre c'est de garder un statut quo et non pas que la lumière change de rôle en devenant les ténèbres. Le culte n'est pas mauvais, les cultistes que vous avez tuer hier, n'était pas le mal, il était, simplement perdu et aurait put être guider vers la rédemption. Tu dis que je sais aussi bien que toi, mais non, car tu as été élevé dans la pensé de ta famille que la lumière était un absolu, hors moi j'ai simplement appris que de tuer, mettait simplement un terme à l'existence d'une personnes... à ces aspiration et à ces rêves... à ces rires et à ces pleurs. C'est une des raisons pourquoi je veux que tu devienne plus forte, car je ne veux pas que tu cesse d'exister, car tes rêves, tes aspirations, aideront bien des gens et je ne pourrais jamais me passé de tes rires, ni même de tes pleurs.

Il se mit alors à penser à ces hommes qu'il avait conduit vers la morts, à son peuples qui avait abandonné le combat et était partit vers la lumière elfique, à ces autres espèces qui leur avait tourné le dos quand il eurent besoins d'aide. Il leur en voulait à tous et à lui tout autant, car tout ces gens c'était fait confiance, mais aucun n'avait eut assez confiance en eux même pour se lever et dire à leur dirigeant ou aux autre que cela était une mauvaise idée. Tous avait suivit bêtement les ordres et avait agis comme un troupeau. Si ce n'était pas eux qui l'abandonnerait, ce serait elle qui risquerait de les faire tuer en voulant accueillir quelqu'un qu'il ne faut pas, par exemple lui ou cette chose canidé. Les gens utiliserais sinon ça bonne nature afin d'allez chercher certaines chose ou privilège, sans nécessairement pensé que cela causera un problème à la communauté mais au final oui. Si elle voulait que son village survive et qu'elle même reste en vie, elle devait devenir plus forte, autant physiquement que mentalement et ça il en était sur.

- Tu dis qu'il ne cherche pas la balance mais est-ce la vérité, ou est-ce notre version du bien et du mal. Oui ces gens, j'en ai entendu parlé, veille à garder le monde en conflit, propage la destruction, mais n'est-ce pas la seul chose qu'ils ont connu justement, la destruction, la trahison, les manigance, mêmes notre peuples trop fier, à maudit leur existence et les à forcer aux profondeur de la terre. Je crois pas que s'il se voyait offrir la lumière que tous continuerait à essayer de tout détruire, peut-être cette famille car tel est leur destin, mais pas tout les elfes noir, certains ont conscience du besoins de l'équilibre, sinon cela fait bien longtemps qu'il aurait agis avec l'arrivé des sombres venu, mais lors des grandes guerre, les elfes noir sont rester dans les profondeur au lieux de venir eux aussi se battre. Par la suite, tu dis que tu n'es pas seul, physiquement c'est vrai. Mais combien dans ce village sont venu vraiment t'aider pour combattre les ténèbres qui emplis ton coeur. Il te suive, il t'écoute, pour le moment, mais un jour, certains d'entre eux se mettront à douter, auront peur, ne sauront pas quoi faire. Dans ces moment, il faut une figure charismatique et forte pour leur faire tenir le cap, car malheureusement la majorité d'entre eux ne feront que te suivre bêtement croyant que tes paroles sont la lumière jusqu'au jour ou la peur ne les trésaillent. Imagine que des villageois te voyais dans cet état en ce moment, certains serait triste, d'autre en colère contre moi, certains douteront que tu puisse les guiders et d'autre perdront espoir en la lumière. Ce que tu veux accomplir est noble Alca, mais comprends moi, je te dis cela car je t'aime trop et que je sais que cela te détruirait encore plus, si une fois que tu auras progressé si tout s'écroule de nouveau car tes ténèbres reprendront le dessus comme en ce moment. Tu dois t'endurcir, tu dois devenir plus forte que maintenant, apprendre à contrôler d'avantage tes émotions, je ne te dis pas de les tuer ou de feindre l'inverse, mais de ne pas les laisser eux dicter tes actions. C'est pour ça que je te dis que tu as besoins d'entrainement, en ce moment c'est tes émotions qui guide tes choix, alors que tu m'as prouver avoir une grande sagesse. De plus, si tu as un rêve aussi grand que rapporter l'équilibre de ce monde, alors il te faut toi même avoir la force de protéger ton rêve et ta vie, car un jour, quelqu'un te trahira, et ce jour là il faudra que tu sois capable de le vaincre, pas juste de gagner du temps pour que tes allier arrive, ni que tu te sauve pour trouver de l'aide, il te faudra le vaincre pour faire comprendre à tous, qui tu es, pour que tes allier voit en toi l'héroine qu'il veule voir en toi et à tes ennemi comprendre qu'il ne pourront t'abattre.

Puis pour la première fois depuis qu'il parlait, il alla rivé ses yeux aux siens et lui fit un doux sourire rempli de tendresse, mais avec une certaines mélancolie visible. Il l'aimait dans sa naiveté, mais elle devait apprendre à devenir plus forte que ces ténèbres et celle-ci ne l'aidait pas.

-(Quenya) Tu parle de malédiction, je vois là l'existence. Chacun empruntons notre propre chemin, souvent il viennent à s'éloigner des autres, certains reste proche du notre, d'autre reviennent avec le temps et croise de nouveau notre route. Ce n'est pas là une malédiction, tu ne dois pas voir leur départ comme étant un mal ou pour te faire du mal, mais au contraire, c'est une décision qu'il prennent, certes tu peux tenter de les forcer à te suivre ou les suivres toi même, mais alors dans ces deux cas, l'un des deux partie n'aura pas ce qu'il voudra et le regrettera un jour de pas avoir prit là chance. Au lieu de t'attrister du départ de tes amis, soit heureux du fait qu'ils l'ont fait pour être heureux et que si ce ne devait pas être avec toi alors ce seront d'autre personnes qui viendront croiser ta route. Tu n'est pas seul et ne le sera jamais, mais oui, souvent les routes se sépareront, comme avec cet Aldebert, il n'est pas immortel et un jour tu le perdra, si ce n'Est par le combat il mourra de vieillesse, mais sera tu assez cruel pour sa mémoire que de porter ça mort sur ta conscience, crois tu que cela le rendra heureux dans son paradis. Je te connais depuis bien plus longtemps que tout ces villageois et surement plus que tout ceux-ci réunis, je sais que tu porte souvent des masques pour caché tes faiblesses, mais crois moi, ceci ne fera que te brisé peu à peu, car tu garderas certaines émotions, certaines pensé au fond de toi qui te grugeront peu à peu de l'intérieur. Tu dis que tu es tanné d'être forte, mais tu ne l'es pas, tu fait figure de, mais tu garde tout en dedans et cela viens un jour à craquer et à sortir sans contrôle, non?

Il baissa le regard aprèsa voir fini en songeant au fait que lui même avait baisser ça garde un peu plus tôt, certes il avait toujours sut garder un certains contrôle sur ces émotions négative surtout dût au fait qu'il était franc et disait ce qu'il pensait même si ça ne plaisait pas à tout le monde. Mais un peu plus tôt, il avait relacher, sous la douleur et les paroles qu'elle avait dit, des mots qui n'aurait pas du lui être destiné, car il savait qu'elle n'aurait jamais la force de prendre elle même une vie sans qu'elle ait à ce défendre. Même si elle disait qu'elle détruirait les ténèbres, elle n'irait jamais les attaquer directement, ni n'encouragerait ce genre d'action.

-(Quenya) J'ai eu tord de te traiter de fanatique plutôt, pas à cause des explications que tu me donne, mais bel et bien car je sais qui tu es. J'ai foi que malgré les paroles que tu as, tu ne viendra jamais à enlever la vie de quelqu'un si ce n'est pour te protéger ou protéger le village. Létos, malgré sa vision fanatique du bien absolu, réussi à avoir des suivants, réussi à avoir des gens qui le suivent et à aussi prit les armes comme toi, être fanatique ne se voit malheureusement pas par ce genre d'action, mais plus souvent par les réactions ou les discours qu'il porteront. C'est bien d'avoir des désirs, d'avoir des rêves et ce n'est pas égoiste, ce qui l'est c'est de le faire passé en priorité sur ton devoir. En ce moment, rare sont ceux qui auront la possibilité encore de se lier à l'arbre de vie, alors certes, le fardeau est très lourd à porter, mais tu le dois, car tu as fait le choix de le prendre, personne ne te l'as imposé et celui-ci doit malheureusement être ta priorité. Ça ne t'empèche pas pour autant de trouver ici et là des moments pour être heureuse, comme je le faisait quand j'était dans la garde. Lorsque j'était avec toi c'était mes moment de bonheur et lorsque j'était au front alors là je mettait tout cela de côté pour accomplir ma tâche. Ce n'est pas à moi de te dicter d'être ce que tu es, et ne demande jamais pardon de ne pas être comment les autres veulent que tu sois, tu dois d'abord et avant tout être bien dans tes choix. Je te fais la leçons et tente de t'imposer ma vision, simplement car j'ai traverser des épreuves similaire à ce que tu traverse en ce moment, et j'aimerai t'éviter les même erreurs que j'ai fait, mais si tu viens à ne pas m'écouter et à suivre tout de même ton coeur, alors jamais je ne pourrais t'en vouloir, oui je m'inquièterait, mais cela ne m'empéchera pas de t'aimer et de t'aimer toujours plus. Je ne dis pas que ce que tu as fait hier et mal, mais que justement, sans eux, tu serait morte, si l'un deux aurait eu un malaise, ou ne serait pas arriver à temps, tu y serait rester et surtout, que si tu n'est pas au moins aussi forte que le plus fort d'entre eux, tu va les ralentir et ceux-ci devront baisser leur propre garde pour te protéger ou t'aider. Tu ne supportera pas d'avoir leur mort sur la conscience, encore moins avec ta tendance à mettre des masque, tu va tenter de rester forte, mais crois moi, je le sais très bien, la mort d'un allié, d'une personne avec qui tu tes battu, ça te ronge de l'intérieur, tu repasse 10-20-100-1000 fois la scène en essayant de voir toute les possibilités qu'il y aurait put avoir et qui aurait sauvé la vie de cette personnes.

Son regard devint très triste réouvrant de nombreuse blessures de son passé. Lui même ne réussissait pas à les oublier, à ce remettre en doute sur ces choix, sur ces décision, c'était une des raisons qui l'avait poussé à porter vengeance sur Dûrion et qui avait permit à Létos de le manipuler. Il revoyait tout leur visage, toute leur douleur, leur peur... c'était loins d'être la mort glorieuse d'un héro, c'était celle d'être vivant bien normal, qui réalisait que tout était fini, et qui avait peur de cette fin, peur d'être séparé de leur proche, peur que de leur mort certains autres puisse y rester.

-(Quenya) Oui c'est la première chose à faire dans ce genre de situation, certes c'est loin d'être facile, mais c'est de reprendre son calme. Tu m'as vut tantot, avant de continuer sur la pente de la colère suite à tes paroles, je me suis appuyer au mur et j'ai médité le temps de reprendre mon calme car c'est seulement dans cette situation qu'on réussit à trouver les bonnes paroles et les bonne réponses.

Il ne fit que reposé ces yeux sur elle tandis qu'il posa la mains sur le lit près d'elle paume vers le haut signe qu'il aimerait lié leur mains ensemble pour sentir sa chaleur et qu'elle sente surtout qu'il l'aimait et qu'il ne lui en voulait pas, qu'il était surtout inquiet pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les retrouvailles    

Revenir en haut Aller en bas
 
Les retrouvailles
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sérë :: L'an 1-
Sauter vers: