Sérë

Un univers où l'appât du gain, l'égoïsme et la peur ont entrainer la fin du monde connu. Il est temps de faire place à la reconstruction.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les retrouvailles

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Alca Vorkail
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Les retrouvailles    Ven 5 Jan - 13:57

Un frisson parcouru le corps d'Alca qui se leva de sa méditation de la nuit. Elle avait un peu froid, mais cela était normale vu le trou dans son mur. La chaleur des flammes n'étaient plus, puisque le feu s'était lentement transformé en braise. Elle était toutefois encore coller contre Voronwë, ce qui lui transmettait de la chaleur. Elle resserra lentement son étreinte sur lui pour augmenter le transfert de chaleur. Ce ne fût qu'à se moment que tout son cerveau repris du service et lui rappela qu'elle était entièrement nue sur lui. Elle rougie et releva la tête pour le regarder.

Il ne dormait pas, dure à dire depuis quand. Il l'a regardait avec tendresse et amour, ce qui l'a fit sourire. Elle remarqua sa marque, cette chose qui l'empoisonnait de l'intérieur. Elle alla l'a caresser, elle devrait apprendre à le connaître avec celle-ci. Il était le gardien d'une chose à présent. Le gardien d'un mal qui ne devait pas sévir sur cette terre.

-Bon matin mon amour...mon amour...ce sont des mots que je n'ai pas prononcer depuis longtemps. Tu es partie si longtemps, je ne perdais pas espoir, mais ces jours, devenus, des semaines, puis des mois...et trop lentement des années m'ont paru plus longue qu'une éternité. J'ai l'impression d'avoir traverser plus d'une vie alors que cela fait que 47 ans.

Elle baissa un peu le regard, tant de chose avait changer en cette espace de temps, tant de choses s'étaient dites, tant de choses s'étaient éteintes et pourtant, aucune renaissance réelle pour remplacé cela.

- 40 ans seulement et, tout a été ravager. Je n'ai jamais connue rien de pire que cette guerre, c'est comme si le monde tout entier avait perdu foi en la vie. Le feu de la vie s'est amoindris à tant de place et à disparu dans tant de cœurs que le monde périe. Les gens parlent de fin du monde, de fin des temps, d'autre parle même de la fin de l'ère. Si tu savais tout ce qui s'est dit, tout le monde veux comprendres, tout le monde veux trouver UN coupable. Personne n'a compris que NOUS sommes tous responsable de cela et que c'est seulement en décidant de rallumer la flamme de la vie en chaque être que nous pourrons vaincre ce vent qui éteints tout sur son passage.

La lumière vaincra toujours sur la noirceur, tant et aussi longtemps que quelque part, une flamme brille. C'est ce que j'essaie de faire ici. Garder une flamme. Parfois s'est difficile, mais ce l'est plus depuis que j'ai de l'aide. J'ai voulu protéger notre lieu, notre foret, mais j'ai échouer. Je suis la seule à être demeurer ici. Beaucoup son partie de l'autre coté, les autres ont quittés la forêt. Je suis demeurer seule à me battre, puis il y a quelques années, une ombre est venu. Je n'ai pas su défendre ce qu'il restait. J'ai échouer a protéger notre village. Il a embrasser tout ce qu'il trouvait. J'ai eu le temps de me diriger vers l'arbre sacré et de suivre le rituel de protection ultime pour le cacher dans un autre plan, par la grâce nos anciens avaient assez de puissance et de sagesse pour avoir préparer cela. J'ai protéger certains terrains autour, trop peu, je ne suis pas une ritualiste, ma magie est faible... mais au moins,ce plan ne pourras pas se rouvrir. Il ne le pourra que si la flamme de vie ne reviens pas sur cette terre... et elle doit revenir...


Elle baissa le regard, n'osant pas le regarder, elle était si triste, elle considérer qu'elle avait échouer une partie de ce qu'elle était. Elle n'avait pas réussis à convaincre son propre peuple d'être ce qu'il devait être. Elle ne les avaient pas convaincu de rester. Elle soupira un peu et attendit, elle avait tant de choses à lui dire, mais elle ne savait plus trop par ou commencer. Il y avait dans de choses, tant de gens, tant d'aventure.

_________________
"Elen síla lúmenn' omentielvo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sere.forumactif.com
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Ven 5 Jan - 16:49

Voronwë avait les yeux ouvert depuis des lustres déjà, combien de temps lui même ne le savait pas car son regard c'était perdu sur le visage endormi de sa bien aimée. Depuis combien d'année était-il séparé d'elle au final. Quelque semaine après son départ la tragédie avec eu lieu et après pendant 7 ans il avait traquer Dûrion pour venger ces frère et soeur massacré au combat. Puis après ce fut l'emprisonnement, il ne se souvenait de rien de ce moment sauf d'un voil blanc tout autour de lui. Là où il était tout était blanc, il ne pouvait bouger ni parler. Mais il voyait, il voyait du blanc... juste du blanc et cette voix dans sa tête qui ne cessait de lui parler, qui ne cessait de rager au départ contre Letos puis qui est devenu plus mielleuse afin d'augmenter la rage de l'elfe contre Letos. Pendant ce qui lui avait semblé une éternité, vut qu'il était privé de tout ses sens mais resté éveiller, il ne faisait que discuter avec cet être, qui n'en disait que très peu sur lui mais beaucoup sur les autres... sur la faiblesse des peuples, sur leur désire de destruction et d'assimilation. Que tout ce monde n'était que souffrance, que seul le vide pouvait briser le cycle et permettre un tout harmonieux, parfois certaines de ces paroles raisonnèrent avec un certains sens en lui, mais lorsque cela arrivait Alca apparraissait à son esprit. Si tout devenait néant il ne la reverait pas, il ne pourrait pas l'épouser, il ne pourrait pas fonder famille et surtout il ne pourrait pas tenir sa promesse de lui revenir. C'est cette promesse qui lui avait évité de sombrer dans le néant ce désir de la voir de nouveau. Mais pourquoi ... pourquoi Dûrion l'avait-il aider à la sauver alors, s'il ne lui avait pas donner accès à sa puissance sa douce serait morte cette nuit.Le doute emplissant son esprit, la marque se mit à s'étendre doucement sur son visage sans qu'il ne s'en rende compte et à ce moment la voix de Dûrion revint dans sa tête le tourmenter.

***(Dûrion) Alors jeune elfe, tu comprends ce que je voulais dire, ce monde est dénué de sens, pendant toute ces années elle a souffert, souffert de ton départ je te l'accorde, mais souffert de bien d'autre chose, tu l'as vut quand je t'ai permis d'user de ma force, tu as vue la vie des alentours, ce que tu appelait ta cité n'est plus. Il y a très peu de gens ici, elle a dut vivre la solitude, la douleur des années à survivre dans ce monde en guerre.***

Voronwë fermit les yeux pour tenter de chasser cette présence de sa tête, puis sentant une mains sur son vissage il réouvrit ceux-ci hâtivement, de la haine plein le regard, puis voyant sa douce qui le regardait son regard se radoucit aussitôt et il l'étreignit avec force ça marque se résorbant rapidement. Ce ne fut qu'à ce moment qu'il réalisa réellement la chose, tout de la veille était comme porté par un voile irréel, mais il le sentait à présent le corps dénudé de son aimé contre lui. Il sentait la douceur de sa peau, les courbures de son corps, la tiédeur de son halène, jamais il n'avait été si proche d'elle une simple barrière de chaire séparant leur deux être. Son visage s'empourpra alors qu'il relevait les yeux pour posé ceux-ci dans les siens. Il vit la gène la rongé elle aussi, c'était la première fois qu'il dormait dans le même lit, et il était en plus nue et non marié, cela était hors des convention, mais, en ce moment il s'en moquait, tout était parfait. Il l'écouta dire ces premier mots avant d'allez cueillir sa joue dans sa mains et de la guider à ces lèvres pour l'embrasser avec passion et tendresse. Il avait besoins de ressentir cette vie, ce désir d'exister, il en avait besoins pour éviter de sombré dans les paroles vide de Dûrion. Puis il la fit glisser à coté de lui et s'appuya sur son coude pour se tenir de biais afin de la regarder un tendre sourrire sur les lèvres sa fine musculature à la vue de son amante. Sa mains de libre était posé sur son ventre glissant délicatement du bout des doigt en un cercle autour de son nombril en silence pour ressentir les frisson de celle-ci sans pour autant succomber au désir qui l'emplissait.

-(en elfique) Pourquoi utilise tu autant se dialecte si rustre et désagréable, quand sortant de tes lèvres nos mots deviennet des chansons envoutante porté par les ancêtres?

Il se força à bien suivre ce qu'elle disait mais cela se voyait qu'il avait de la difficulté avec le commun. Il en avait appris certaines facette pour faire comprendre à ceux qui s'aventurer de leur terre de partir, mais jamais il n'eut prit plaisir à apprendre ce dialecte si morne. Il se basait sur des intonnation pour modifier leur mot alors que les elfes avait des mots pour tout. Aimer avait de nombreux sens et chaque sens avait un mot fait pour lui. De ce qu'il comprenait cela faisait 47 ans qu'il était partit de la forêt... si on enlevait les 7 ans de poursuite de Dûrion cela voulait dire que depuis environ 40 ans il était prisonnier avec Dûrion... seulement 40 ans, cela lui avait parût si long, si interminable. La solitude avait réellement des effets dévastateurs sur l'esprit.

Puis elle lui parla du temps qui c'était passé, des attrocités desquel il n'avait pas put la protéger depuis sa prison. Plus elle en parlait, plus elle devenait triste, déçu d'elle même et plus de son côté il s'en voulait de l'avoir quitter et rageait qu'elle ai été laisser seul par les leurs. Alors que la colère montait elle parla de la victoire de la lumière sur la noirceur. Elle avait raison, il devait résister, malgré la laideur du monde elle était présente, sa lumière, sa raison d'être et de se battre. Puis, elle parla du départ de son peuple et de la destruction de leur forêt et leurs cités. Il avait failli à son devoir, le désir qu'il avait eu de venger la mort des siens lui avait fait perdre de vue le plus important, protéger son peuple là était son devoir... mais comment aurait-il put à une dizaine de guerrier aguérrir protéger toute la cités. Son regard se rempli de déception vis à vis lui même, vis à vis ces erreurs, lui qui dirigeait les troupes avait fatalement faillit à sa tâche et c'était tout son peuples qui en avait subit les conséquences... il comprenait pourquoi ceux-ci avait quitté pour l'autre monde, qu'il avait abandonner cette terre devenu hostile aux leurs... Mais ce dont il s'en voulait le plus était d'avoir retenu Alca sur ce monde, s'il aurait été là surement... non tout deux serait partit, il ne lui aurais pas vraiment laissé le choix, il n'aurait pas risquer sa vie. Avec le néant qui l'habitait à présent, il ne pourrait plus allez rejoindre les siens, car il les mettrait tous en danger en ouvrant la porte de leur monde à cette créature. Par le fait même il condamner Alca à vivre sur ces terres souillé par le sang et la guerre. Alors que son visage rempli de regret devenait de plus plus en plus sans vie elle lui annonca qu'elle avait put protéger l'arbre sacré et une partie de leur terre. Un doux sourire revint sur ses lèvres et il alla l'embrasser de nouveau pour lui prouver sa fierté vis à vis son geste.

-(En elfique) je suis si fier de toi mon aimé, tu as réussit là ou j'ai faillit en protégeant nos terres durant mon abscence, je t'en remercie, je m'assurerai à présent de les protéger comme j'aurais dut... sans ne pouvoir jamais y retourner vut sa présence. Je ne peux le guider à la puissante lumière de l'arbre sacré. Certe, il y a une possibilité que sa lumière puisse chasser la noirceur qui m'habite, mais je ne prendrait pas le risque de le corrompre par ma seul présence. Une fois que nous aurons ramener la flamme de vie et que ces racines fouleront de nouveau ce monde, je partirait loins pour garder Dûrions à l'écart de celui-ci... ce sera plus prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alca Vorkail
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Ven 5 Jan - 19:16

Elle l'écoute avec une attention particulière. Elle était si heureuse de l'avoir à ces côtés. D'enfin pouvoir le sentir. D'enfin pouvoir pensée réellement à un avenir. Elle l'écoute parler et à la fin de son discours son sourire, sa bonne humeur était revenue. Elle n'arrivait pas à y croire. Il était si drôle, toujours à l'extrême et c'était une chose qu'elle aimait chez lui . Toujours à prévoir le pire scénario.

(En elfique) Je n'arrive pas à croire que tu parles déjà de me quitter... Croit tu vraiment que je vais te laisser t'en allez ainsi? D'ici ce temps nous trouverons une solution à cette noirceur. Sinon d'ici ce temps, je suis sûr que tu auras appris à la contenir. C'est là une destiné qui était faites pour toi! Tu es le seul qui a la force mentale et physique pour ne pas y succomber. J'ai toujours eu confiance en toi avant, maintenant et j'en ai pour l'avenir. Tu es ma force. Tu es un guerrier de l'ordre de la lumière, moi je ne suis qu'une gardienne... Fait confiance au feu de la vie. Parfois c'est difficile, je sais, pour moi aussi... Mais elle me parle ... Plutôt il... L'arbre... Fait confiance nous auront un avenir plus important que tu ne le croit.

Elle se rapprocha de lui et alla l'embrasser avec tendresse et amour.

(En elfique) Qui peut dire qu'il a vécu s'il n'a connu aucune aventure.... Cet elfe sage qui a dit cela s'est toi...

Elle rie un peu, sachant qu'elle retournait contre lui sa propre maxime. Elle le regarda tout sourire, heureuse d'être simplement.

(Elfique) merci de m'être revenu... Mais humm maintenant comment on ... Humm je suis gêner...je... Nous sommes ...

Elle rougie


Dernière édition par Alca Vorkail le Sam 6 Jan - 9:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sere.forumactif.com
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Ven 5 Jan - 20:11

-(En elfique) La seul solution serait de pouvoir se débarasser ou enfermer définitivement ce mal hors de moi. Mais je n'accepterait pas une solution qui risquerait de pouvoir le laisser agir sur ce monde. Tu sais très bien aussi que même si je viens à pouvoir le contrôler je ne me permettrait jamais de l'approcher de l'arbre sacré ou de notre forêt ce serait beaucoup trop dangereux s'il viendrait à réussir à reprendre le dessus. J'ai beau être têtue et ne pas vouloir être séparé de toi de nouveau, mais tu ne sais pas à quel point cet période avec lui a affaiblit ma carapace. Pendant mon emprisonnement j'était dénué de tout mes sens mais j'était conscient que le temps passait et surtout j'était seul avec lui qui tentait constamment d'empoisonné mon être. C'est sur que pour toi je me battrait jusqu'au bout, mais... sa m'inquiète... surtout ce qu'il m'as dit hier... il m'as laisser puiser dans sa force, dans son être pour te sauver... et ... ce ... vide était si... calme... appaisant...

Il semblait de plus en plus inquiet jusqu'à ce que Alca ne l'embrasse et chasse les ténébres au loin. Il fermit les yeux durant ce long baiser pour profiter de chaque sensation, de chaque son, de chaque battement de leurs coeurs. Lorsqu'elle décolla ses lèvres il ne fit que lui sourrire tendrement semblant plus serein. Elle avait raison... il devait se battre, ce n'était qu'une aventure de plus et il s'en sortirait à nouveau car il n'était pas seul... elle était là avec lui. Sa lumière, son amour, son amie, sa promise. Puis, la voyant rougir et commencer à parler avec intermittence cela ne fit qu'augmenter son désir pour cette femme qui depuis longtemps était sienne par l'être. Son visage s'approcha du sien puis dévia sur sa joue pour l'embrasser doucement avant d'aller lui mordiller avec soin l'oreille. Ces doigt fin se mirent à parcourirent ses hanches lentement avant de remonter le long de ces côtes. Arrivant enfin au courbe de sa poitrine il s'arrêta et ne fit que sourrire faiblement en baissant la tête le visage rouge écarlate.

-(En elfique) Je... je me dois d'attendre... pour toi, pour nous, le moment idéal afin que nous ne fassions qu'un comme à l'origine de ce monde. Un tout harmonieux et chaleureux. Non pas que je succombe à ce moment de solitude pour tout gâcher le temps que nous avons prit pour nous découvrir.

Il alla se coucher sur le côté avant de la tenir dos à lui liant ses doigt au siens. Tandis qu'il caressait son cou de sa tiède haleine, enfouissant par moment son visage dans la chevelure de sa bien aimé.

-(En elfique) Parle moi de cette Sérë... qu'est-ce... si ce projet te tiens à coeur... même si je ne suis pas chaud à l'idée de cotoyer une humaine et une chose comme ceux qui s'en sont prit à toi hier, je suis prêt à... aux moins me retenir de les chasser de nos terres sacré... pour toi... et... qui est cet humain qui tentait de t'éloigner de moi hier... il semble beaucoup tenir à toi... peut-être même un brin trop à mon goût... surtout qu'en plus de ne pas être elfe, il ne semble même pas de sang pure...

Elle pouvait savoir qu'en aucun cas il n'osait même penser qu'elle aurait put allez voir ailleur durant son abscence, mais il avait toujours était méfiant des hommes qui tournait autour d'elle, qui pourrait tenter de profiter de sa gentillesse et parfois même de sa naiveté pour obtenir plus d'elle sans son consentement. Avant mise à l'écart par la cité, lorsqu'il avait commencer à ce fréquenter elle était rapidement devenu l'envie de bon nombre des siens qui tentait de voir en quoi celui qui devait être à la tête de leur troupe pouvait désiré de cet elfe si inhabituel par son comportement. Hors lui bien avant de l'avoir perçu comme une femme désirable, il l'avait découverte comme amie, comme confidente, et peu à peu les sentiments c'était développer et le désir de ce lier à elle se créa. Ils avaient prit le temps de réellement ce connaître avant de se promettre l'un à l'autre non pas nécessairement pour fonder famille, mais simplement pour réunir les deux moitié de leur être en un tout parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alca Vorkail
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Sam 6 Jan - 9:57

C'était claire, pour elle le temps s'était de nouveau arrêter. Elle pouvait le ressentir dans tout son être. Il était là, près d'elle, coller contre elle, peau contre peau. Leur énergie se touchait, leur énergie se transformait au contacte de l'autre. Elle était bien, si bien, une sensation qu'elle avait presque oublié avec le temps. Elle ferma les yeux pour profiter de chaque petit geste, de chaque petit mouvement, pour ne rien perdre de ce moment parfait. Elle détacha ses mains des siennes et alla lui caresser les mains du bout de ces doigts. Elle voulait le sentir, le toucher, comme pour se prouver qu'il n'était pas simplement qu'un rêve. Il lui était arrivé que bien trop souvent de se lever un matin sans lui alors qu'elle avait crû à son retour dans ce qui n'était qu'un rêve.

Il parlait d'un futur beaucoup trop éloigner pour qu'il ne prenne un choix quelconque en ce moment. Tout ne serait qu'hypothèse, ils devraient faire des recherches sur cette ombre en lui, sur cette façon de se déplacer de corps en corps. Il existait une solution pour l'aider, il ne suffisait que de la trouver, mais pas maintenant, maintenant, c'était l'heure des retrouvailles, des explications.

Elle fût attrister d'apprendre qu'il avait vécu tout ce mal en compagnie de cette noirceur qui tentait d'éteindre sa flamme de vie. Il avait en lui, une chose affreuse, un combat infini qui avait changer une partie de lui, qui tentait de le détruire à chaque instant. Un silence, un moment parfait selon lui, rien autour, juste le calme. Voilà ce qu'il ressentait, après avoir été enfermé longtemps, elle pouvait comprendre qu'il souhaite cela, mais là vie ce n'était pas cela. Pour personne ce n'était cela. La noirceur en lui ne comprenait pas ce qu'elle tentait d'apporter. Elle ne comprenait pas que ce n'était en fait aucunement la solution. Ce n'était qu'illusion ce qu'il tentait d'apporter, car le malheur existerait toujours pour un, ou pour tout ceux ayant apporter cela. Il était impossible de rendre cela à rien. Elle n'y croyait pas.

- À propos de cette noirceur en toi, de ce qu'elle essaie de te faire croire, nous en reparlerons, nous aurons toutes notre vie pour en parler, mais sache une chose. Ce qu'il te fait miroiter est faux. Cette sensation de bien être n'est que temporaire. Le monde est énergie, tout est relié, cette énergie est et ne peux être détruite. Ce que nous vivons, ce que nous ressentons est continuellement en nous, en notre énergie.

Elle fit une pause, souriant doucement, caressant ces mains, elle portait certaines marque de ces entraînements et de ces combats. Chacune des petites cicatrices qu'il avait sur ses mains étaient là pour lui rappeler un enseignement qu'il avait eu dans la vie. Car la vie s'était cela, des enseignements des apprentissages, en songeant à cela elle eu un exemple qu'elle voulu lui donner. Elle poursuivit donc son discours.

Même lorsque nous méditons et que nous mettons tout de côté, nous vivons dans un monde de rêve, un monde parfait à nos yeux, à nos énergies. Mais de ce monde parfais viens parfois aussi des inquiétudes, des ennuies, des tourments. Ce monde blanc, dénuer de tout, est en fait une énergie, de l'énergie à l'état pur, cette énergie est en constante évolution. Ce monde blanc est la lumière pure, cette lumière est la vie et de cette vie renaîtra toujours un monde. Le notre, un autre ou encore une autre dimension. On ne peux faire cesser la vie d'évoluer car l'énergie sera toujours là.

Rappel toi l'énergie pure, l'énergie blanche elfique, Rappel toi la vie de Meilliky. Tu as là la preuve que l'énergie, la flamme ne peut être détuite. Elle ne peut que donner la vie. Notre peuple l'a appris. C'est l'enseignement, le seul que l'ont doit retenir de tout cela. Cette elfe était la vie, notre vie. Mon ancêtre à été celle qui lui à montrer ce qu'était là vie, celle qui lui à montrer ce qu'était cette énergie. À sa mort, Meilliky à dû continuer de comprendre seule ce que même nous, les elfes, n'avions pas compris. Nous avions voulu protéger le monde de notre énergie, nous avions voulu protéger cette énergie qui nous habites qui nous lies pour éviter que les ténèbres ne tombe dessus. En combinant toute cette énergie, une vie à été créer. Une vie.

Voilà ce qu'est l'énergie, ce qu'est que cette lumière, qu'est ce lieu de repos que tu as vue. Ce n'est que le commencement de ce qui doit être. Mais à la fin, détruit en un, et tout recommencera, comme l'est l'a vie en tout point. Rien n'est fait pour rien. Tout est lié, tout est fait dans le but de nous faire comprendre qu'en fait, nous ne sommes tous que lumière. Nous les elfes des bois, les elfes de la lune et du soleil, nous les elfes des montagnes, nous les elfes, car il n'y a pas de races, nous ne sommes que des elfes qu'importe le nom que nous nous sommes données. Nous sommes les gardiens. Nous sommes les gardiens de la lumière, les gardiens de la vie. Notre but dans cette vie est de protéger la vie et sa flamme. Nous recevons ce dont de l'énergie de la lumière. Elle viens en nous naturellement et nous pouvons l'user car celle-ci sait que nous sommes là pour l'aider, que nous sommes là pour veiller sur elle. L'énergie que cette sombre noirceur en toi tente de détruire, est le fondement même de ce que tu es. Nous sommes responsable de la garder de la protéger et de la chérir, car elle est notre vie, notre mère, notre ancêtre à tous. La lumière, l'énergie blanche est ce qui à créer tout ce que tu connais, tout ce que tu vois, tout ce que tu ressens.


Voilà ce que je fais, voilà ce que je suis, voilà ce qu'est Serë. Je viens de tout d'expliquer, de tout de dire pourquoi je suis qui je suis, pourquoi je fais ce que je fais. Pour la lumière, pour la protéger, pour laisser cette flamme allumé. Je suis sa gardienne. Je ne comprenais pas moi-même pourquoi je voulais tant m'occuper des animaux, des gens, de la vie. Aujourd'hui j'ai appris, aujourd'hui j'ai compris. Voilà ce qu'est Serë. Un lieu de repos, un lieu de vie, un lieu de lumière. Nous n'avons pas besoin de grand chose. Nous n'avons pas besoin de demeure incroyables de tissus parfait, de nourriture parfaite, mais nous avons besoin de nous. Besoin de notre vie, besoin de l'espoir, besoin de l'énergie blanche, besoin de vivre. Serë est le lieu de paix, de calme que nous avons besoin pour nous arrêter un moment et comprendre ce qui est. Comprendre que ce qui arrive en ce moment n'est pas le bon chemin pour que l'énergie circule comme il se doit. Nous bloquons l'énergie, la lumière blanche par un voile noire. Nous avons laissé dans ce monde, la lumière s'affaiblir. Apprenons de nos erreurs et allons maintenant vers l'enfant. Les enfants que nous étions, ont grandit, il est temps de faire comprendre ce qui doit être compris
.

Serë est mon lieu de repos, mon lieu de paix ou j'acceuille tous est chacun, pour leur montrer l'énergie, leur faire comprendre que tout es lié. Ce n'est pas facile tout les jours, les gens au dehors ont tous vécu ou fait vivre des atrocités que ce monde n'aurait pas du connaître. Il est temps d'y mettre un terme, mais un conflit ne se règle pas dans la violence, jamais il ne se règle dans celle-ci car l'énergie blanche ne peux circuler librement, alors que lorsque celui-ci est régler dans la paix et le calme, l'énergie circule librement et bien plus rapidement.

Elle sourie un peu et soupira de bien-être. Être contre lui, lui faisait un si grand bien. Elle ressentait leur énergie et espérait que quelque part elle venait de semer une lumière, voire même de rallumer sa flamme en la vie pour un moment. Son discours n'avait pas été des plus héroïque, mais il se voulait empreint de vérité. Elle semblait avoir parlé des textes anciens, alors qu'elle même ne les avaient jamais lu. Elle semblait avoir été frapper par une sagesse que même certains elfes appeler les anciens, n'avaient jamais eux.


- Pour ce qui est de mes amis, dont celui que tu parles. Il n'est pas pur de sang en effet, il n'est pas non plus que lumière. Il est ce qu'il est, avec ces erreurs du passé. Il est un grand ami, un défendeur du village,le tavernier. Il chasse ses démons du passé en nous aidant ici. Il essaie de faire une nouvelle vie, il essaie d'apporter une lumière. Il ne croyait pas en ce monde qui pour lui était triste et laid. Il ne croyait pas en une beauté que je pouvais percevoir. Il était venu ici dans le but de faire du mal. À cette époque, il n'y avait que moi. Il est arriver avec un groupe d'homme, son but était de mettre fin à mon existence après m'avoir fait vivre des attrocités, mais lorsqu'il m'a vu. Il m'a dit qu'il a reconnue dans mon visage, dans mes yeux quelques choses, sans savoir quoi. Puis il a arrêter ces propres hommes, ils l'ont abandonner et lui est rester ici. Il dit que je suis son salut, que je suis la flamme qu'il avait oublier. Je l'ai aider du mieux que j'ai pu, car quand il a repousser ses propres hommes, ses démons, son passé, il a été lourdement blesser. Il se nomme Aldebert et il est un homme de courage. Un homme bon en qui tu peux remettre ta confiance. Il est là pour Serë et il est là pour moi. C'est un ami de confiance, un ami de longue date qui ne veux qu'une chose, protéger cette flamme que je garde allumé pour le monde.

Elle pencha délicatement la tête et alla embrasser les mains de Voronwë. L'elfe de son cœur, celui qui avait su voir au travers des yeux d'un sage, celui qui avait compris bien avant les autres qu'elle n'était pas qu'une elfe étrange ayant des drôle d'idées. Il n'avait peut être pas cerner tout l'importance de ce qu'elle représentait, mais peut être que maintenant, oui.


_________________
"Elen síla lúmenn' omentielvo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sere.forumactif.com
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Mar 9 Jan - 22:24

Voronwë écouta ça douce parlait avec attention tandis que leurs mains se délièrent afin qu'elle les caresses. Ce qu'elle disait l'étonné énormément, certes il connaissait son désir de protéger là vie, qui parfois semblait même plus être un besoins qu'un simple désir, mais jamais il ne l'eut crut aussi sage. Elle qui habituellement ce contentait de peu de mot préférant un simple regard, un simple touché ou une simple caresse pour l'apaisé, semblait avoir au cours des années appris en mettre en mot toute cette empathie qu'elle avait. Il avait même parût étonné qu'elle parle de son ascendance Vorkail, cela était très rare pour elle de parler de sa famille, même lui en avait entendu rarement parler. Certes tous connaissait la grande lumière, Meilliky et sont lien avec la famille Vorkail, mais au cours des siècle cette famille avait perdu de leur notoriété en raison de la grande période de paix que le monde avait traverser durant plusieurs centaines d'année. Celle-ci n'était dorénavant qu'une famille parmi tant d'autre dans leur ancienne cité. Cela lui remémora certains souvenir de son enfance, cela faisait plusieur dizaine d'année que la famille Vorkail avait commencer à parler de grand ténébres qui s'approchait, s'insinuant peu à peu dans le coeurs des êtres. Leurs dire avait été pris comme des divagations vut l'abstention de grande guerre, rapidement ceux-ci avait été mis de côtés face à leur incessante alerte qu'aucun druide ni devin n'avait annoncé. La famille Vorkail disparu presque du jour au lendemain, laissant seul la nouvelle de la famille aux soins du village. Personne n'avait réellement compris la raison de leur départ et l'abandon d'Alca, même à elle aucune explication ne fut donnée. La totalité de la famille c'était envolé en quelques mois, un à un.

Voronwë avait appris un siècle plus tard lorsqu'il commençait a fréquenter Alca et ce par des écris de l'ancien chef de la garde, que chaque membre c'était simplement volatilisé les traces de leur pas s'arrêtant abruptement. Biensur, il avait tenter de relancer les recherche une fois lui même devenu chef de la garde afin de retrouver la famille de sa douce pour pouvoir leur demander en premier la mains de leur fille, mais ce sans succès, aucune trace ne restait d'eux, aucun village avoisinant de d'autre espèce ne les avait vut. Il était impossible à ces yeux qu'une vingtaine d'individu de la même famille ne s'évapore sans laisser aucune trace mais c'était le cas. La dernière descendante de la famille Vorkail était Alca.

Les Vorkail semblait avoir put prédire ce qui c'était produit durant le dernier siècle, l'arriver des ténèbres sur le monde, la grande guerre. Maintenant, avec ce qu'elle disait elle même, Voronwë ce mit à se questionner sur le lien entre cette famille est la lumière. Ce qu'elle disait, il savait au plus profond de lui sans le comprendre que c'était juste, que ce n'était pas que la vision utopique du monde de sa douce mais bien ce qui était. Puis, il se mit à frémir un peu en resongeant au passé, au temps de la grande lumière, celle-ci c'était éloigner de leur peuple suite à son union avec un demi-humain/demi-démon. Cette union entre ténèbres et lumière avait éloigner la grande lumière de son but initiale... et si cela ce reproduisait à présent entre lui et elle... si elle était une nouvelle lumière pour les êtres vivant et lui... corrompu par les ténèbres... ne risquerait t'il pas de l'éloigner de son destin.

Il fermit un moment les yeux se concentrant sur la présence d'Alca pour se rassurer. Il s'en moquait, personellement, il se moquait des autres peuples, mais avec le départ des siens, il était les seuls représentants de leur peuple encore sur ce monde. Il ne la quitterait pas, il ne le pouvait pas, ni pour elle ni pour leur peuples, ils se devaient de rebâtir celui-ci dans toute ça pureté. Seul elle et leur peuple avait une importance à ces yeux. Les autres n'était bon qu'à les trahir ou agissait seulement pour leur propre intérêt, la guerre le lui avait prouvé, tout leur alliés c'était tut à leur demande de renfort préférant se tenir à l'écart de cette guerre, ou y participant, plutôt que de venir protéger son peuple qui en souffrait. Il les haissait tous et encore plus maintenant qu'il n'était plus que les deux derniers elfes des bois. Alors comment pourrait-il faire confiance à ces, gens qui disait partagé la vision de Alca. Il ne tarderait surement pas à la trahir dès qu'il en verait un avantage, c'était là la nature des hommes, des nains et de la majorité des peuples, tous plus avare les un que les autres. Même les anges qu'il croyait selon les dires des hommes étant des créatures pronant la vie l'avait trahi. Il ne pouvait avoir confiance qu'en lui pour la protéger et la protéger d'elle même. Il savait qu'elle le suivrait s'il décidait de partir abandonnant la civilisation avec elle pour rebatir leur peuple... mais il savait aussi qu'elle en serait grandement attristé, il voyait dans son regard qu'elle croyait fermement en son destin. La seul chose qu'il pourrait donc, c'était de rester ici, jusqu'à ce qu'elle réalise son erreur, la lumière elfique n'était pas là pour protéger la vie de ces non-elfes.

Il l'avait aussi écoutait quand elle avait parler de cet homme qui s'approchait trop d'elle. Elle venait de l'avouer, il avait bon nombres de démon à chassé et celui-ci voudrait se racheter ? Baliverne, l'être humain se laissait toujours allez sur la voie de la facilité et du bien personnel ne pensant à rien d'autre qu'à eux. S'il n'avait pas retourner sa veste c'était soit parce qu'il convoitait sa douce ou soit qu'il attendait le moment propice pour le faire. Il lui avait même avoué avoir voulu lui faire vivre des atrocités avec ces hommes, simplement par plaisir. Quel plus grand mal pourrait-il lui faire vivre que détruire son rêve une fois celui-ci réalisé. Elle lui demandait de lui faire confiance, mais il ne le pouvait pas, ce bâtard était une menace vis à vis Alca ou le deviendrait il en était sur.

Après qu'elle eut embrasser ces mains, il ramena ceux-ci sur son ventre avant de la serrer contre son torse. Il la protégerait, il ne laisserait rien ni personne faire du mal à celle que son coeur avait choisi. Par amour pour elle il affronterait le sentier parsemé d'embuche qu'elle voulait emprunter, mais il n'hésiterait pas à chasser de leur terre tout ceux qui la mettrait en danger ou la trahirai... il commencerait surement par ce cabot. Il avait cependant sentit ça force, sans Dûrion il n'aurait pas put le battre en ce moment, et il ne se laisserait pas corrompre en s'appuyant sur les ténébres pour combattre les ténébres.

- Je serai directe Alca, je crois que tu as tord... tord de vouloir protéger ces êtres qui nous ont prouver à mainte reprise que nous ne pouvons leur faire confiance. Mais... tu as toujours été ainsi... et c'est de cette femme... au vision un peu naïve et utopique dont je suis tombé follement amoureux... Alors, je supporterais la présence de cet "Aldebert". Cependant, sache bien que ces terres demeurent le territoire de notre peuple à mes yeux et en tant que son protecteur, je n'hésiterais pas à chasser quiconque tenterait de souiller ces terres ou de faire du mal à leur habitant légitime. Je me mêlerait pas de dispute de taverne, de vol ou même de combat entre ces gens, mais si cela viens à t'affecter toi ou moi, je t'en fais la promesse qu'il devront quitter ces terres de leurs propre moyen ou avec mon aide.

Voronwë avait toujours était aussi rigide face aux autres peuples et protecteur envers elle, leurs terres et leur peuple. Elle put cependant sentir, même si c'était très minime, une certaine froideur. D'habitude, il les aurait chassé des terres mais sa dernière phrase laisser sous entendre une certaine violence, mais non pas par colère ou par protection, simplement pour régler froidement le problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alca Vorkail
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Mer 10 Jan - 12:21

Alca remarqua qu’il était demeurer un moment en silence après qu’elle lui eut révéler tout ce qu’elle avait à dire sur la lumière. Tout ce qu’elle avait compris. Il avait sans doute besoin d’analyser ou encore lui même de comprendre et d’accepter. Elle aurait aimé l’entendre parler tout de suite approuver son projet, mais elle savait qu’il n’était pas ainsi et respectait cela.

Toutefois, elle fût triste d’apprendre qu’il ne considérait pas ce qu’elle faisait, elle fut triste aussi de l’entendre parler aussi sèchement de l’expulsion des gens. Il voyait parfois tout de façon si catégorique qu’il en venait à perdre de vue le beau de ce monde.

Alca lui repoussa doucement les mains, puis se décolla un peu à contrecoeur, elle savait qu’elle devait se lever, pour s’occuper des animaux, s’occuper des gens du village, s’assurer que le combat d’hier n’avait pas eux de mauvaises répercussion. Mais elle savait aussi qu’elle devait parler avec Voronwë et lui faire comprendre ce qui était et ce qui n’était pas.


(En quenya)
- Mon amour, essaie de comprendre ce que je tente de faire. Ne voit pas de la futilité dans ce que je fais et tente de croire en ce que j’essaie d’amener. Je sais que c’est dure pour toi de voir en ce moment ce qui arrive. Tu es un soldat, jamais je ne serai comme tu es ou ne penserai comme tu penses. Je ne peux être que moi. Je sais ce que je dois faire et ce n’est pas la violence, la guerre ou l’exclusion qui entraînera la paix et le retour de la lumière en ce moment.

Les ténèbres ont envahis l’espace de notre temps, l’espace de notre monde. Les ténèbres ont attendu longtemps pour y arriver, mais ils ont réussis a semer la confusion sur tant de choses à la fois que la lumière peine à éclairer le coeur des gens.

Bon nombre de conflits différents on éclater en même temps. Apportant une destruction qui ne devrait pas. La lumière veux que le monde continue d’être monde. Nous sommes déjà ici, dans ce monde dans notre monde. Nous devons rétablir la paix pour qu’enfin nous puissions vivre et ne plus survivre.

L’arbre de vie veille sur nous à partir de son lieu de protection. La lumière elle, est en nous afin de nous guider, notre magie est ici, dans notre coeur, dans notre sang. Nous sommes les elfes, je suis une elfe. Je suis protectrice de la lumière et je l’a rétablierai. Une fois que cela sera fait, je pourrai me reposer, nous pourrons libérer la forêt, l’arbre et continuer notre vie.

Nous pourrons fonder famille. Je veux fonder une famille avec toi, mais j’ai peur de ce que sa implique. Nous deviendrons alors les anciens de ce nouveau départ, ce qui fera de nous la royauté de cette forêt. Je n’ai pas la sagesse, ni les connaissance ni les capacités à faire cela. Je n’ai jamais été celle qui a été le plus apprécier. L’on m’a souvent considérer comme folle avec les avertissements de ma famille. Je ne sais pas si je peux réellement embrasser ce destin.

Tout ce que je sais, c’est que je dois protéger la lumière pour le moment. Je dois rendre l’espoir aux gens. Cela fait des centaines d’années que je tente de le mettre en place, autrefois avec ma famille, ensuite seule, ensuite accompagné d’ami. Heureusement, maintenant j’ai retrouvé ma famille, tu es enfin de retour.


Elle soupira et réalisant qu’elle était toujours assises dans le lit, avec un simple drap pour la couvrir, elle rougie. Elle devint même écarlate. Elle se recoucha dans le lit et passa son drap par-dessus son visage, pour se cacher. Elle était gênée de son manque de pudeur pendant un instant. Elle resta caché sous la couverture et continua de parler.

(En quenya)
Dans tout les cas, je dois continuer a m’occuper des animaux, je dois aussi allez chercher quelques racines et je dois m’assurer qu’avec les nouveaux arrivant nous auront de quoi nourrir les gens. Ce n’est pas facile de manger à notre faim à tout les jours ou encore de bien vivre, mais c’est de mieux en mieux.

Il y a des fois ou j’ai honte de moi et ou je m’ennuis du passé ou tout nous étais si facile, mais nous avons été si avide, si hautain, si répugner à tous, que je comprends aussi que l’arbre de vie n’ai pas voulu nous protéger de tout cela et qu’il ai voulu nous donner une leçon. Il faut maintenant, lui prouver que l’on comprends ce qu’il à voulu nous apprendre.

_________________
"Elen síla lúmenn' omentielvo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sere.forumactif.com
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Sam 13 Jan - 20:32

Il remarqua la tristesse dans le regard d'Alca et baissa un peu le regard. Qui était-il pour juger ce qu'elle faisait, lui qui avait préféré venger les siens que protéger la forêt, il était loins d'avoir le droit de porter de tel commentaire sur celle qui avait ravie son coeur et qui tentait d'améliorer les choses. Certes, il ne faisait pas confiance au non-elfe et même à certains clan elfe qui les avait mit de côtés durant cette guerre... mais il ne pouvait réaliser la dureté du monde qu'elle avait vécu depuis le départ des leurs, lui qui avait fuie devant ses responsabilité. Il ne pouvait même pas imaginer à quel point cela avait dut être difficile pour elle de garder la foi en la lumière.

Il fermit lentement les yeux avant de les réouvrir pour rivé ceux-ci sur Alca. Elle avait raison, même si cela ne lui plaisait pas, il devrait faire des compromis, seul il ne réussirait pas à rebâtir et jamais il ne pourrait à tout les deux dans un monde en guerre perpétuel et avec les sombre venu qui voulait apporter son extinction... pouvoir simplement rebâtir leur peuples. Un à un il devrait régler les problèmes pour pouvoir atteindre son but finale. Il avait du mal cependant à croire qu'il devrait réellement s'abaisser à travailler mains dans la main avec des êtres inférieur.

-(en quenya) Mille pardon mon amour, tu as raison, certe dans mon coeur je porte encore beaucoup de dégoût envers ces êtres qui nous ont tourner le dos et ces peuples que je qualifie d'inférieur, mais nous ne pourrons rebâtir notre peuple qu'une fois cette guerre terminer et la lumière revenu dans le coeur des gens... Je ferais, donc de mon mieux pour acc... toléré, ces gens. Mais ce que j'ai dit tout à l'heure ne changera pas à propos de l'expulsion. Ces terres sont notre et je n'accepterait personne qui tente de les souiller ou qui voudrait te faire du mal. Je ne sais pas vraiment pourquoi cette "chose" t'en voulait hier alors je lui laisserai le bénéfice du doute pour cette fois... mais s'il te remet en danger ne serait-ce qu'une fois il partira... de gré ou de force.

Il l'avais contemplé timidement quand elle c'était assise dans le lit imaginant subtilement les courbes de son corps  par les ondulations du drap sur celui-ci. Certes certain elfe avait cet splendeur irréel qu'elle n'avait pas, mais à ces yeux nul n'était aussi belle qu'Alca, car elle était un tout harmonieux. Lorsqu'elle réalisa qu'il l'as regardait elle rougie grandement et tenta de ce cacher sous les drap mais aussitôt ceux-ci posé sur sa tête aussitôt il se retrouvèrent sous ses seins, la mains de son amant frôlant ceux-ci tandis qu'il descendait le drap à cette hauteur. Malgré sa poitrine découverte, Voronwë garda son regard rivé à celui d'Alca, il avait toujours aimé l'embêtait pour la voir rougir cela la rendant d'autant plus belle à ces yeux par ce petit côté fragile. Elle était sienne et il l'a protégerait, personne n'aurait la chance de ce l'approprier. Lentement, et en rougissant lui aussi il déposa son doigt entre ses seins à la hauteur du coeur, tout en approchant sa bouche de son oreille. Sa voix était tendre, chaleureuse, imposante et avec un soupçons de possessivité.

-(en quenya)Tu es mienne, ton coeur est mien... ton être et mien, car au début nous ne faisions qu'un dans la lumière initial, un toux unique et indivisible.

Il retira alors son doigt lentement avant d'allez lié ses lèvres aux siennes dans un doux baisé puis se découvrit complètement pour commencer à allez rallumer le feu du foyer. N'ayant aucun vêtement, pour le moment il tentait de retenir sa gène vu son manque de pudeur, mais ne pouvait tout de même pas retiré une couverture à sa douce ne voulant pas qu'elle prenne froid comme hier. Voyant la cape qui avait séché prêt du feu la veille il l'enfila masquant en partie son corps et regardant les flammes commencer à naître devant lui. Il y avait tant à faire en ce moment, il devrait premièrement incommoder Alca pour qu'elle lui trouve des vêtements, puis il partirait à la recherche de bois de qualité afin de se confectionner un nouvel arc. L'idée d'avoir perdu le siens, cet objet ancestral dans sa famille lui serra le coeur, mais s'il voulait pouvoir la défendre il devrait se faire des armes de qualité. Il n'était pas douer dans la metalurgie donc ne pourrait pas se confectionner d'épée digne de leur peuple, mais son ébénisterie était reconnu dans la cité, étant le meilleur d'entre tous. Depuis son plus jeune âge passant tout ses temps libre à s'entrainer et à confectionner des arcs de renommé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alca Vorkail
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Sam 13 Jan - 21:54

Alca se releva lentement après qu'il se soit lever. Tout dans ses gestes étaient fait avec lenteur. Elle regrettait qu'il se soit éloigner, elle regrettait de ne plus sentir sa chaleur, elle regrettait que ce moment qui était leur soit déjà fini. Elle savait qu'elle avait beaucoup à faire, que beaucoup attendaient aussi après elle. Mais en ce moment elle avait envie de faire fit de tout cela. Toutefois, elle savait qu'elle ne le pouvait pas.

Elle se releva et alla enfiler une robe de type elfique. Elle était chaude, elle convenait parfaitement a la saison et lui permettait de ne pas mettre de cape. Elle pourrait donc laisser la sienne à Voronwë. Elle attacha les cheveux qui lui arrivait dans le visage et laissa le reste lousse. Voilà elle était prête, maintenant. Ordinaire, loin d'être rayonnant comme les elfes, mais c'était elle, simple et naturel.

Elle alla vers son coffre, il en contenait tant de chose. En fait, il contenait sa vie, c'était toute sa vie, tout ce qui lui restait qui s'y trouvait. Elle fouillant dedans, tournant dos à Voronwë qui s'occupait du feu et sortie une pile de vêtements enrouler dans un tissus pour les protéger.

(En quenya)
-Ce sont tes habits de la garde, tes habits de chefs, c'est tout ce que j'ai pour toi. Je n'ai pas réussis à sauver plus, mais c'est ce qui me permettait le plus de me rappeler de toi, comme tu étais. C'est l'un de tes uniformes. Ton uniforme m'a été remis, lorsqu'ils ont décidés que tu étais un.. que tu étais partie. Il ne te tiendront pas très chaud, mais avec ma cape se sera suffisant.

Elle lui donna les habits et regarda ces pieds, il aurait besoin de quoi dans ces pieds. Elle pourrait lui ramener une paire de bottes dans l'entrepôt d'aide du village, il ne serait pas heureux puisqu'elle ne serait pas elfique, mais elle ne pouvait faire mieux pour le moment.

(En quenya)
-Je sais que ce n'est pas à moi à dire cela... mais je veux que tu songe à un lieu, ou nous pourrons finir notre union, je ne veux pas rester simplement ta fiancé, je ne veux pas être loin de ton essence, de ton esprit, de ta lumière si quelques choses venait à m'arriver ou encore à t'arriver.

Elle le regarda rouge, sachant que ce n'était pas vraiment à elle d'en parler et ignorant s'il allait être mécontent qu'elle ait aborder ce sujet. Elle ne voulait pas s'éterniser la dessus alors elle changea le cours de la conversation afin de ne pas savoir. En fait elle était si génêr qu'elle préférait faire comme si elle n'avait rien dit.

(En quenya)
- Je vais allez voir, après avoir nourrie les animaux, à la réserve du village, il va sans doute y avoir de quoi t'habiller autrement, pour les autres jours et de quoi te mettre dans les pieds. Nous avons peu ici, mais avons appris à faire beaucoup avec ce peu. Tu verras tout le monde y met du sien, rapidement tu te sentira comme chez toi...mais parfois... des gens ont peur. Je me dois donc de les aider. Voilà pourquoi, je vais devoir... allez parler avec celui d'hier... mais pas maintenant, j'ai trop peur et je ne veux pas être faible devant eux. Ils sont fort et ont besoin de connaître la lumière.

Elle alla refermer son coffre et regarda l'état de sa maison, un peu décourager de l'avoir perdu, mais reconnaissante d'être encore en vie. En effet, il faisait si froid qu'ils ne pourraient pas rester ici, ils devraient sans doute allez dans l'aire commune pendant un moment, ils devaient éviter de tomber malade et d'amener une épidémie de quelques chose ici.

_________________
"Elen síla lúmenn' omentielvo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sere.forumactif.com
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Les retrouvailles    Lun 15 Jan - 20:17

Voronwë se retourna quand sa douce Alca arriva prêt de lui. Voyant les vêtements il sourit en coins se revoyant dans la cité organisant les tours de gardes et allant la voir le soir tombé toujours vêtu de la même manière. Elle ne l'avait vu que très rarement dans d'autre attirail. Une des rares fois était quand il avait annoncé leur fiançailles à sa famille. Ceux-ci s'étaient montré retissant au fait que leur famille noble s'associe avec cette noblesse déchue qu'était les Vorkail, mais comprenant qu'il ne pourrait le faire changer d'avis il avait accepté leur union pour le bonheur de leur fils. À l'idée qu'il devrait se vêtir surement de linge de mauvaise qualité ensuite, il en eut des frissons, mais cela ne servait à rien de redouter le futur, il arriverait bien assez vite.

Lentement, il tourna dos à sa compagne avec les vêtements pour s'habiller tranquillement devant le feu souriant à la sensation de ce textile si doux et léger sur sa peau. Quand elle exprima le fait que la cité l'avait considéré comme... surement mort ou déserteur... il baissa le regard. Dans les deux cas, ça famille avait dut en souffrir grandement et pas juste Alca. Il s'en voulait d'être partit de la sorte, mais il était de son devoir de venger la mort de ces hommes et surtout de mettre fin à Dûrion qui aurait put attaquer ensuite la cité. Même si cela ne l'avait pas empêché d'être détruite et aux citoyens de partir.

Quand elle se mit à parler de leur union, avant même qu'elle ne put finir il déposa son index sur ses lèvres et lui souria preuve qu'il savait ce qu'elle lui demanderait et qu'il voulait lui éviter de se sentir mal à l'aise de le faire. Malgré son sourire l'on pouvait voir une certaines tristesse dans ces yeux avant qu'il ne commence à parler.


-Crois-moi, rien n'est plus important pour moi en ce moment que ton bonheur et notre union. Cependant, n'oublie pas que pour pratiquer la cérémonie, nous avons obligatoirement besoins d'un ancêtre faisant partit du conseil des sages ou d'un druide. Hors sans forêt, j'ai bien peur qu'il n'y ai aucun druide dans les alentours, et le conseil des sages sans cité à dut quitter vers la lumière. Je dis pas que nous ne pourrons pas nous unir, nous trouverons bien quelqu'un capable de pratiquer cette cérémonie, mais cela ne pourra pas se faire dans les prochains jours ou semaines. Tu comprends j'espère.

Il alla l'embrasser sur le front pour la rassurer, preuve qu'il ne disait pas cela car il n'en avait plus envie mais bien car il voulait s'assurer de garder en vie leur coutûmes malgré le départ des elfes, mais ce qu'il rajouta ensuite la surpris grandement car là ce trouvait la plus grande preuve d'amour véritable qu'il pouvait faire.

-Cependant, sachant que les nôtres sont partit, j'accepterait que le druide qui nous unissent ne soit pas nécessairement un elfe... c'est sur que je préfèrerait, mais de m'unir à toi et ce qui m'est de plus chers.

Il la serra tendrement dans ses bras ces mains déposé dans le creux de ces reins pour la tenir possessivement contre lui. Certes, cela l'agaçait de se rabattre sur un peuple qu'il jugeait inférieur, mais si au moins il avait choisi la sagesse de la nature, il se devait d'être conciliant. Il l'a garda ainsi contre lui pendant un moment avant de la relaché et d'effleur sa joue du bout de ses doigts. Elle était si belle à ces yeux, si harmonieuse, il n'avait qu'une envie et ce n'était que de s'unir a elle pour qu'elle lui appartienne définitive et aux yeux de tous. Que leur union ne puissent être contesté par personne. Non pas pour son corps, mais vraiment, car il voulait que tout ce qu'elle était soit à lui, comme elle savait que l'inverse serait aussi. Il était possessif, oui il le savait, mais Alca savait que c'était justement car en échange il lui donnait tout ce qu'il était.

- Je dirais bien que je vais t'accompagner mais sans bottes, ce serait une très mauvaise idée de ma part, mais non, je t'interdis de t'approcher des ces gens en ce moment si je ne suis pas là. La chose est très dangereuse et son amie est manipulatrice, elle tentera de jouer beaucoup dans tes sentiment afin d'obtenir ce qu'elle veut et je te connais tu voudra lui faire plaisir et si tu crois que cela ne causera pas de problème aux autres membres de ta communauté tu va les aider. Alors pour des gens aussi dangereux je refuse que tu t'en occupe sans que je sois présent. As-tu bien entendu ce que je t'ai dit? Je te l'interdit d'accord ?

Son côté possessif ressortait en ce moment, il avait tellement peur qu'il lui arrive de quoi et voulait tellement la protéger qu'il lui donnait des ordres. C'était pas la première fois qu'il le faisait, c'était même habituelle, mais il ne le faisait que dans des cas ou il jugeait que c'était essentiel, sans l'empécher de faire ce qu'elle voulait simplement en mettant des limites claire. Il avait fait pareille lorsque par le passé elle avait aidé cet humain blessé. Après avoir tenter durant plusieurs heures sur cette mauvaise idée, il avait plier mais lui avait ordonné de ne pas allez le voir sans lui en échange, ce qu'elle avait fait à ce moment. Dans certains cas les gens possessif ou surprotecteur allez espionner leur proche ou leur "possession" afin qu'il ne transgresse pas les règles, lui il n'était pas là car jamais elle n'avait trahis sa confiance dans l'une de ces interdictions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les retrouvailles    

Revenir en haut Aller en bas
 
Les retrouvailles
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» projet de retrouvailles
» Les émouvantes retrouvailles de deux frères gorilles séparés depuis 2 ans
» Vidéos touchantes de retrouvailles entre des lions et leurs bienfaiteurs!
» [3°] Quel sujet de rédaction pour Le Ventre de Paris en OI?
» Je suis si heureuse !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sérë :: L'an 1-
Sauter vers: