Sérë

Un univers où l'appât du gain, l'égoïsme et la peur ont entrainer la fin du monde connu. Il est temps de faire place à la reconstruction.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une ferme pour seul château

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Une ferme pour seul château   Ven 29 Déc - 15:36

316 ne sembla pas porter attention à Alca, restant tout de même à l'affut de tout mouvement suspect à son encontre ou celle de 1739. De son côté, il avait fait ce qu'il pouvait pour aider, si elle voulait risquer de lui donner un antidote mal classé et que cela tournait mal ce ne serait plus de son ressort. Il se concentra plutôt a aider sa sœur à se vêtir sachant très bien que si une mèche de cheveux se coinçait dans sa robe elle s'emballerait encore une fois et le traiterait de cabot. Mais bon, il était habituer et ne pouvait lui en tenir rigueur, père lui avait donné comme devoir de servir les "nouveau-nés" de l'aile A et il le ferait.

Puis tout changea, en l'espace d'un instant il s'éloigna de sa soeur et se rua sur Alca, saisisant sa gorge fine au creux de son énorme mains. S'il l'aurait voulu il aurait put en serrant la mains lui briser le cou, mais se ravisa et la plaqua plutôt puissamment contre le mur à un point tel que le bois craqua sous l'impact. Puis tout en la gardant appuyer contre celui-ci il la souleva du sol. Comment savait-elle pour eux, une elfe en plus, aucun de ces êtres ne s'était jamais approcher d'Eden alors comment pouvait-elle être au courant de ce secret. Ces doigt commencèrent à se refermer lui coupant l'air qui arrivait à ces poumons. Elle devait mourrir, il devait protéger sa soeur, plus de gens connaissait leur vrai identité plus ils risquaient d'attiré les indésirable. Lui qui d'habitude prenait son temps pour s'amuser avec sa proie n'en avait que faire en ce moment, il devait exterminer la menace, préserver le secret. L'air commençant à lui manquer Alca put sentir une vive brûlure aux niveaux de ces poumons, tandis que ces pieds se débattaient au dessus du sol. La rage lui obscurcissant l'esprit il ne remarqua qu'au dernière instant la menace près de lui. Il eut juste le temps de relâcher Alca pour lever sa garde qu'un puissant jet de magie le projeta à travers la pièce comme s'il ne pesait pas plus qu'une plume. La force était elle qu'il passa au travers du mur de mauvaise qualité s'écrasant quelque mètre plus loin dans la neige.

Sonné il resta au sol un moment pour reprendre ses esprits avant de se relever endolori. Une vive douleur le traversait surement dût à une côte s'étant cassé lors de la projection. Il avait survécu mais pas sans mal et cette chance ne se reproduirait surement pas. Sa vision était trouble, sa tête avait dut heurter le mur durement ce qui avait entrainé une commotion, mais il devait rester debout prêt à ce sacrifier s'il le fallait pour protéger 1739 surtout qu'il était celui qui avait vraisemblablement déclenché tout ça en s'attaquant à Alca. Il tenta de s'avancer vers le trou dans le mur mais tomba un genoux au sol déséquilibré par son cerveau ébranlé. Tout ces sens lui criaient de fuir loin de cette être, mais son devoir était de protéger les nouveau-nés et jamais il ne trahirai la volonté du créateur. Relevant difficilement son regard pour le posé sur l'être qui l'avait projeté de la sorte, il vit Voronwë, debout mais chambranlant une partie de son visage noircie par la marque qui semblait se propager.

Alors qu'il croyait que tout était fini Alca vint s'interposé posant la mains sur Voronwë et commença à lui parler. Tout tournait tant autour de lui qu'il ne comprit pas vraiment ce qu'elle disait au première abord, mais il réalisait que sans son intervention lui et surement 1739 aurait été exterminé. La marque se résorba sur le visage de Voronwë mais resta plus grosse qu'au départ. D'un coup il baissa le regard acceptant sa défaite, il savait que 1739 lui en voudrait d'avoir agis si impulsivement et surtout d'avoir perdu face à cette larve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Une ferme pour seul château   Ven 29 Déc - 15:37

Tout était sombre autour de l'elfe, il ne savait pas où il était mais il se sentait en sécurité et serein pour une rare fois. Il sentait qu'il se déplacer sans savoir comment. Il sentait la présence d'Alca sans la voir et cela le rassurait. Puis la chaleur d'un feu et le confort d'un matelas. Le poil doux d'une fourrure posé sur lui. Il ne captait que des brides informations, il sentait qu'il n'était pas seul. Une partie de lui lui sommait de se réveiller, que Alca était en danger que les ténébres étaient proche. Une liquide acre coula dans sa gorge et cela le sortit de sa torpeur, tout ces muscles se raidirent par la douleur. Il ne savait pas ce qu'il venait de boire, mais son corps semblait lutté férocement. Puis un horrible bruit, un fracas, du bois qui craque. Ils sentait les ténébres se refermer sur Alca, il l'a sentit en danger. D'un coup il ouvrit les yeux et vit sa douce suspendu au dessus du sol par la gorge. Une créature mi-homme/mi-chien la tenait ainsi, tant de haine dans le regard, tant de soif se sang. Il tenta de se relever pour l'aider mais il n'en avait pas la force, il était si faible en ce moment... il était toujours si faible. Il n'avait pas sut par le passé protéger sa troupe du Sombre Venu qui les avait massacré... puis il n'avait pas eu la force de combattre seul ce monstre et c'était allié a Letos qui avait utiliser sa haine contre lui. Il était trop faible pour accepter qu'il avait trop a perdre et tourner talon avec la petite troupe qui lui restait et avait plutôt chercher vengeance. Encore une fois il n'avait pas sut les protéger et c'était fait posséder par Dûrion. Maintenant qu'il était enfin libre et qu'il avait repris contrôle de son corps, il allait assister impuissant à la mort de sa fiancé.

***(Dûrion) : Ironique n'est-ce pas, ce monde que tu veux tant protéger pour elle mais qui tente lui même de la tuer. Ne crois-tu pas qu'il est temps que tu abandonne ce monde et que tu accepte qu'il est condamner à retourner au néant.***

***(Voronwë): TAIS-TOI! Ce monde est impure, sale, corrompu, mais c'est sur ce monde que je l'ai trouvé et je refuse de la perdre de nouveau. Elle est ma lumière, mon amour!***

Le rire de Dûrion emplie son esprit causant une violente douleur à son crâne. Puis, la voix ce calma et devint plus douce, plus mielleuse, invitante et remplie de promesse.

***(Dûrion) : Tu n'es pas mure encore, tu as encore espoir en ce monde... tôt ou tard tu comprendras comme moi qu'au finale c'est en y mettant fin que tu apporteras la paix à tout ces êtres qui souffrent. Quand tu aura vraiment perdu tout espoir, alors là tu deviendra l'un des notre, car tu en as le potentiel. Ce vide en toi finira par tout consumer même celle que tu aime et quand tu aura son sang sur tes mains alors tu comprendra enfin la réalité de ce monde.***

Sans comprendre il se sentit devenir plus fort, la marque autour de son orbite ce mit à le bruler grandement tandis qu'elle prenait de l'espace sur son visage. Tant bien que mal il puisa dans cette sombre énergie afin de se relever. Lorsqu'il posa son regard sur la pièce tout semblait au ralentit. Tout n'était que deux couleurs, noir et blanc. Trois forme se trouvait là dans la pièce 2 blanche et dans la dernière semblait nager une parcelle de ténèbre. En voyant ses formes cette lumière vascillante dans les ténèbres, il réalisa à quel point leur existance était fragile, que d'un simple mouvement il pourrait y mettre fin. Il tendit la mains vers la forme qui tenait sa douce comme s'il aurait voulu simplement le pousser, ce qui eut pour effet de projeter une vague d'énergie d'une puissance incroyable vers 316. Ayant à peine le temps de ce défendre il fut projeter au travers du mur à l'extérieur de la maison. Si faible, il était si faible que d'un claquement de doigt il pourrait mettre un terme à cette misérable existence. Son coeur était vide, ni haine, ni rage, simplement vide, détacher de toute existence. Tandis qu'il s'apprêta à mettre fin à l'existence du cabot. Il vit l'une des formes lumineuse se rapprocher de lui. La forme brillait tellement que cela en était aveuglant, sans même la voir réellement, il savait qu'il s'agissait d'Alca. Puis, il entendit sa voix, comme un murmure au début, qui le rappeler à la réalité.

Peu à peu le voile noir se leva et son regard un instant plutôt vide de vie se raviva. La marque qui avait progresser sur son visage ce mit de nouveau à rétraicir pour ne redevenir qu'un motif autour de son orbite. Cependant, elle ne revint pas à sa taille originel, elle semblait avoir grossis un peu. Voronwë alla refermer ses bras autour d'Alca comme pour la protéger du monde extérieur et ne fit que murmurer à répétition

- Calanya (Ma lumière).

Son regard se tourna ensuite vers la bête et glissa sur Anastasia lui jetant un regard de dégoût.

-Si ce n'aurait été d'Alca ce clébard ne ferait plus partit de ce monde. Maintenant expliquez vous avant que je change d'idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasia

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 17/12/2017

MessageSujet: Re: Une ferme pour seul château   Ven 29 Déc - 17:12

J'en avais un peu marre de ce qui se passait, c'était sans intérêt, mais en même temps, c'est de cela que j'avais besoin pour passer le plus innaperçu. Étrangement la femelle attira mon attention, elle savait qui nous étions. Pourquoi une chose aussi insignifiante qu'elle le savait. Comment pouvait-elle savoir. Cela faisait longtemps elle était vieille certes, mais cela ne justifiait pas.

Je regardais mon frère se laisser allez a ses instincts de protections. Il voulait me défendre et préserver le secret, s'il le fallait il allait mettre fin à tout ce misérable village pour y parvenir. De toute façon repartir de zéro ne serait pas un problème, ni pour moi, ni pour lui. En fait il serait sans doute rassurer de cela.

'' Il n'y a personne dans les alentours, personnes pour confirmé que nous serons les assassins. Nous ferons passer cet idiot de mâle d'elfe, comme étant le coupable. Excellent. ''

Alors que je songeais comment je pourrais nous faire sortir de la situation de la mort de cette idiote, mes sens se sont mis en alerte. Je ressentais un danger, un terrible danger. Une personne bien trop puissante dans mon alentours, similaire à une bête assoiffé. Une présence terrible. Mais je savais que ce n'était pas celle de la bête de première génération. Toutefois elle mon ennemie en ce moment.

Une grande déflagration, un coup, un seul, puis mon frère devint une loque, une simple poupée, un simple jouet projeter au travers le mur comme si de rien n'était. Une fraction de seconde et celui qui devait me protéger était anéantie. Je ressentais encore sa présence, mais il était faible et désorienter, il n'était plus un prédateur, mais il était devenue une proie. Je le sentait, je le ressentais.

'' Je dois faire attention, je dois m'assurer de rester en vie. Cette chose veux sa mort, mais elle ne doit pas avoir la mienne en plus. Ce cabot, ne m'a pas protéger, il m'a mit en danger, il n'a pas tout évaluer.''

Alors qu'il s’apprêtait a tuer mon frère, la jeune femme, l'idiote d'elfe, m'a prouver d'avantage sa faiblesse et sa stupidité en ce mettant dans le chemin pour le protéger. Cette elfe était donc l'une de ces idiotes qui croyait en la bonté de tout les êtres vivants.

La créature, l'elfe, la chose posséder ce calma grâce a sa fiancé. J'étais donc en vie à cause d'une elfe et non à cause de mon frère. Wow, sa s'est dure à digérer.

Il me regarda, il était puissant finalement, enfin pas l'elfe, mais la chose en lui le rendait puissant. Il somma que je parle, que je m'explique, que j'explique quoi, il n'y avait rien à dire.

-Nous sommes les invités de votre douce monsieur, mon frère a prit peur lorsqu'elle lui a parler d'un sujet qui lui est très délicat. Vous lui avez donnez une leçon qui, je vous jure, lui servira. Il a commit une terrible erreur. Les horreurs de la guerre, l'ont rendu beaucoup trop violent et j'en suis désoler...vraiment... nous ferons tous pour nous racheter. Nous désirons venir loin de la guerre et l'ont nous a rapporté que ce village était un lieu de paix... malgré ce que vous avez vu... c'est ce que nous recherchons. Je vais vous laissez... maintenant... avec votre femme. Je suis vraiment désoler de ce qui est arriver...pardonnez nous encore...

(Je quitte la scène je continue dans la rue)

Je passais par le trou béant dans le mur de la petite ferme. Cette demeure ne vallait plus rien, plus de porte et plus de mur. Ridicule. J'allais rejoindre mon frère lentement et alla m'accroupir près de lui. Je le regardait et alla lui caresser les cheveux avec un petit sourire moqueur

-Alors comme cela tu me met en danger en t'en prenant à plus fort que toi... visiblement tu n'aurais pas pu me protéger en ce moment... et j'aurai pu mourir par ta faute... tu réalise tout sa? Par ta faute, j'ai été en danger... j'espère que JAMAIS sa n'arrivera a nouveau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alca Vorkail
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Re: Une ferme pour seul château   Ven 29 Déc - 19:47

La lumière, source de réconfort, source de chaleur. Voilà tout ce qu'elle ressentait, la chaleur de la lumière. Elle retournerait vers les éternels. Elle passait à une autre étape. Son bien-aimé viendrai la rejoindre dans un autre temps, ce n'était pas son heure à lui. Elle voyait les jardins luxuriants des elfes, les constructions magnifique qui s'élevait dans une forêt immense et riches. Il y avait des animaux partout et un sentiment de paix incroyable. Alors qu'elle arrivait pour poser le pied sur cette terre de repos, un visage familier vint lui donner un baiser sur le front et lui dit : ''  la sillumë hynia '' (ce n'est pas ton heure mon enfant)

Elle ouvrit les yeux dans un long respire pour reprendre son air et revenir à la raison. Elle ne comprenait pas ce qui venait de ce passer, ce qui venait d'arriver. Elle était si bien, si sereine et elle revenait dans un monde froid, sans les siens. Ce n'était plus vrai, Voronwë était de retour, il était revenu pour elle. Elle regarda tout d'abord sur sa droite et vit le trou béant dans son mur. Elle n'avait plus de porte ni de mur, sa maison était devenue inhabitable. Mais alors, Voronwë devrait partir d'ici, il devrait allez dans la demeure commune, il ne devait pas avoir froid. Il ne devait pas tomber malade.

C'est alors qu'elle comprit l'horreur de la scène, quelqu'un, avait essayer de la tuer. Elle se souvenait maintenant. L'homme chien lui avait sauter dessus, tel un animal effrayer. Il avait tenter de prendre sa vie pour se protéger, mais ce protéger de quoi. Elle voyait la sœur de la créature, elle ne bougeait pas elle observait, elle craignait sans doute. Voronwë n'était plus là, la chose avait prise sa place. Mais elle avait besoin de lui, il avait besoin d'elle.

Elle se releva péniblement et alla se mettre entre les deux. Elle l'empêcha de voir la jeune femme ou encore l'homme qui avait tenter de mettre fin à ces jours. Elle alla s’asseoir sur le lit et alla lui caresser le visage. Elle n'avait pas peur de cette entité, elle avait confiance en Voronwë jamais, il ne laisserait cette chose lui faire du mal. Leur amour était beaucoup trop fort pour cela.

Une larme coula le long de sa joue, elle était tellement heureuse de le revoir, de pouvoir le toucher, de le sentir. Elle avait tant rêver de ce moment depuis longtemps. Elle avait survécu pendant de nombreux jours, sans manger ou boire. Sa seule force avait été de songer à lui et de songer au fait qu'il serait réunis un jour.

Malgré tout ce qui était arriver, malgré l'anéantissement de la forêt des elfes, la disparition des animaux, elle avait toujours gardé espoir qu'il lui revienne. Bon nombre de leur famille avait déserter les lieux ou était partie vers les éternels pour éviter de vivre cette vie de misère. Mais elle, elle avait tenu bon. Tout allait allez mieux maintenant. Il était rentrer. Jamais elle n'avait cru aux histoires de ceux qui disait que le village et la forêt mourrait de par la faute de l’absence de leur champion. Jamais.

Elle continua de caresser ce visage en le regardant de ces yeux humidifiés par les larmes de bonheur de le revoir, de le savoir sain et sauf à ces cotés.

Melinyel, Boe va qualta-nethar, Issë. Tùr ëalà
(je t'aime, est-ce nécessaire de tuer? Il sait maintenant. Reprends le contrôle de ta vie.)

Elle continua sa caresse tendre sur son visage, continuant de le regarder dans les yeux, de regarder l'âme et la lumière de celui qu'elle aimait, faisant fit de cette noirceur qui se tapissait dans son regard. Ce n'était pas lui, ce n'était pas qui Voronwë était et encore moins ce qui le définissait. Elle aimait tendrement l'homme qu'elle connaissait et pour le connaître elle était bien placé. Elle l'aimait avec une force indescriptible, elle l'aimait dans toutes ses qualités, mais aussi, dans toute ces défauts.

- J'ai besoin que tu me revienne, que tu me parles, que tu me regarde, que tu me touche. J'ai besoin de toi, plus que jamais. J'ai besoin de te savoir près de moi, j'ai besoin que tu te batte encore pour moi. Voronwë, je t'en pris, écoute moi et reviens moi. Tu n'es pas cette chose, elle n'est qu'un parasite dans ton corps, elle ne peut rien si tu reste et te bat pour toi, et pour moi. Si tu te bats pour nous...

Elle le regarda avec un sourire remplie d'amour, les étoiles dans ses yeux. Elle avait toujours eu confiance en lui et encore aujourd'hui, elle lui prouvait que rien n'était plus important que lui. Longtemps amis ensuite devenu amant, elle avait travailler fort pour ce faire remarquer par son ami, elfe parfait a ses yeux.

_________________
"Elen síla lúmenn' omentielvo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sere.forumactif.com
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Une ferme pour seul château   Lun 1 Jan - 23:20

316 toujours sonné par son passage au travers du mur ne comprit pas trop ce que ça sœur venait de dire à l'elfe, celui-ci semblant se moquer complètement de ses excuses. Son flair ressentait la haine dans cet elfe, et par son action hâtive, il venait de rendre lui et sa sœur en très mauvais terme avec celui-ci. Il aurait dût attendre, attendre qu'elle soit seul pour s'en débarrasser, mais plus le temps passait, plus elle risquait de parler des créations de père ce qu'il ne pouvait tolérer. L'une des raisons que père l'avait envoyé tuer les homoncules qui avait réussi à sortir d'Eden était justement pour garder secret cette communauté. Seule une poignée de gens était au courant de celle-ci, et aucun elfe n'en faisait parti. Alors qui les avait trahis, qui avait diffusé l'information sur les créations de père. Certes, bon nombre de seconde génération avait été employé durant la guerre, ils étaient des êtres ayant été "créer" pour celle-ci. Mais tous les décrivait comme des aberrations ne venant pas d'un lieu précis. De plus, aucun royaume n'avait été mis au courant de la création des nouveau-nés, alors comment pouvait-elle associer sa sœur à lui. Père avait surtout put les créer grâce à cette guerre en piquant la soif de pouvoir des hommes pour avoir du financement pour ses recherches. Le bût final de père était de faire évoluer le monde à un nouveau stade.

Il n'aimait pas cette Alca, mais avec son attaque qui avait été remarqué, il savait que son amant les tueraient tout les deux si quelque chose arrivait à celle-ci. Une chance, Alca semblait le calmer en ce moment ce qui laissait présager qu'elle était soit complètement cruche ou que ce qui affecter son amant l'inquiété beaucoup plus que sa vie. Lorsqu'il avait pressentit l'attaque sur lui, une forte odeur d'adrénaline c'était fait remarquer à son flair, c'est pour cette raison qu'il avait réussi à résister un minimum à la force de l'impact et à ne pas ce casser directement le cou sur le mur. De plus les marque sur son corps se résorbait ce qui poussé à croire qu'une forte émotion déclencher quelque chose chez lui qui accentuait sa puissance et son envie de tuer. En ce moment, ces sens ne lui criait plus de s'enfuir, ce qui le laissait croire qu'il n'avait pas le contrôle réellement sur cela sinon tant et aussi longtemps qu'un danger apparent était présent il se serait tenu en alerte et donc sa puissance n'aurait pas diminué.

Tandis que tout ceci tournait dans sa tête le coup de grâce arriva. Sa sœur se mit devant lui un air moqueur au visage et tourna le couteau dans la plaie. Elle avait tout a fait raison, il l'avait mit en danger par son soucis de vouloir protéger l'existence des nouveau-nés et des créations de leur père en générale. Si le monde venait à savoir qu'une personne s'amusait à créer la vie en usant de certains procédés immoraux aux yeux de la société, rapidement il y aurait une chasse aux sorcières pour retrouver ces gens évolué par peur qu'ils ne les écrasent. Plus il y pensait, plus il réalisait qu'il aurait dut attendre un peu pour justement découvrir qui était au courant de leur existence dans ce village pour ensuite faire une purge méthodique des gens pouvant mettre en danger leur secret. Cependant, son geste avait mit en danger immédiat sa sœur qui ne pouvait se reproduire. Pour seul réponse au mot de celle-ci, il ne fit que faire un petit oui de la tête avant de se relever difficilement sur ses deux pieds, son sens de l'équilibre semblant commencer à se rétablir.

(316 quitte la scène)


Dernière édition par Celear le Jeu 4 Jan - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Une ferme pour seul château   Jeu 4 Jan - 20:36

Voronwë écouta attentivement les explications de la jeune femme sans détacher son regard haineux de celle-ci. Elle parlait sans vraiment rien expliquer, elle gardait les raisons de cette attaque sur sa douce dans l'ombre et il détestait cela. Comment une humaine osait-elle agir avec tant de supériorité, surement une de ces nobles ce croyant tout permis et cette chose à ces côtés... cette aberration devait être son garde du corps, mais qu'était-il vraiment, jamais il n'avait vu de tel créature ou entendu parler de celle-ci.

Puis, sans lâché du regard cette humaine il se concentra sur ce que disait sa douce. Elle était si pure, si douce, jamais elle n'en avait voulut réellement à personne, elle qui sans cesse lui avait laisser des chances malgré ses erreurs et qui n'hésitait pas à donner des chances non plus à des êtres inférieur. Il se souvint de l'une de leur première dispute quand il n'était encore qu'ami, elle avait trouvé à l'orée de la forêt un humains qui avait été attaquer par des bandit, pour leur échapper il avait décider de rentrer dans la forêt interdite. Pour cet affront il aurait dut mourrir, mais au contraire elle l'avait recueilli et l'avait cacher dans un lieu que peu de gens connaissait dans la forêt. Là elle avait prit soins de lui pendant plusieurs jours avant que Voronwë ne la suivent ce demandant pourquoi elle disparaissait de la cité si souvent. Quand il l'avait découvert il avait voulu le tuer sans même hésiter et c'était elle qui c'était mis encore une fois en travers de sa route. Pour elle la vie était précieuse, peu importe l'espèce. Il ne comprenait pas pourquoi tant de bonté était en elle, tant d'espoir pour ce monde si affreux hors de leur forêt. C'était ce côté innocent et enfantin qui l'avait charmé en elle. Peut importe les choses qu'il devait accomplir pour protéger la forêt il savait qu'elle lui pardonnerait tout, que son être aussi sale soit-il pourrait se purifier à ces côtés.

Quand elle finit de lui parler il lui passa la main sur la joue avant de la tenir contre lui, mais jamais il ne la regarda voulant la protéger à tout prit de ces gens. Il reconnaissait ce lieux, cette demeure, même si elle avait du être reconstruire, elle était identique au passé, là où elle avait porté secours à cet humains. Ils étaient donc de retour dans la forêt des elfes, mais pourquoi alors des êtres comme eux se trouvait ici, certes bon nombre de leur troupe avait succombé à la tragédie, mais la forêt était protéger magiquement contre les envahisseurs ceux-ci n'aurait pas put s'aventurer si profond dans celle-ci. Combien de temps c'était il écouler depuis la trahison de Letos et sa possession par Dûrion. Depuis, combien d'année Alca devait-elle survivre dans ce monde affreux. Il aurait bien des question à lui posé, mais il était si faible, si fatiguer, qu'il savait qu'il ne pourrait comprendre complètement ce qu'elle lui dirait.

Puit-il reprit parole en direction de l'humaine et de sa choses avec un ton sévère et remplie de jugement. Cela ce sentait que sans Alca, il se serait surement laissé allez à la colère et les aurait tout les deux exterminer. Mais, ils étaient encore là, debout, et en bonne santé pour une partie d'entre eux par la magnanimité de sa douce. Il se devait de respecter cela, pour elle, et pour garder un contrôle sur Dûrion, il voyait bien que quand il perdait le contrôle sur la noirceur en lui, Dûrion devenait plus fort et plus dure à garder enfermer en lui.

- Votre ... chose... est possédé, tout comme moi par le néant... mais... en lui ... c'est différent... les deux sont lié, il ne se combatte pas, la lumière de vie domine la noirceur de la mort. Elle se nourrit d'elle... Votre chose n'est pas ce que vous croyez, et si je vois qu'il devient un danger pour ma douce, je le tuerait même s'il faut que j'emprunte la force a des êtres bien plus puissant que moi... me suis-je bien fait comprendre?

Il ne prit même pas le temps d'attendre la réponse et leur fit signe de partir hors de sa vue. Il voulait être seul avec ça douce à présent, afin d'enfin unir de nouveau son coeur au sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alca Vorkail
Admin
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 10/12/2017

MessageSujet: Re: Une ferme pour seul château   Jeu 4 Jan - 21:28

Alca sourie avec un grande douceur en ressentant la chaleur de la main de Voronwë. Même si le temps passait comme un simple battement pour les elfes, toutes ces journées, ces mois qui était devenus des années lui avaient semblé une éternité. Elle le regarda avec ces yeux remplies d'amour et de bonheur de le revoir enfin. Elle tourna légèrement son visage et alla l'embrasser dans la main. Elle repoussa légèrement l'homme de son cœur et le força a se coucher. Elle plaça une couverture de laine sur lui, ainsi que la peau d'ours puis se décolla de lui.

-Tu as besoin de repos, tu as besoin de méditer afin de reprendre des forces. Laisse moi m'occuper de toi Voronwë, tu en as besoin. Tu es en sécurité ici, avec moi et le village. Qu'importe ce que tu crois qu'il vient d'arriver, ce n'est pas l'essence de Serë, je te le promets. Repose toi, ai confiance.

Elle alla chercher une couverture supplémentaire et alla bloquer le trou fait dans le mur. Ces mains gelait, mais elle n'y portait pas trop d'attention, elle pourrait les réchauffer après, une autre fois. Elle se servit des pierres pour faire tenir sa couverture et alla ensuite soulever sa petite table pour la placer face au trou. Le vent était moins présent, ils pourraient se reposer avec le feu qui enlèverait le froid, puis pour une fois, elle ne serait pas seule dans le lit. Ils pourraient se tenir au chaud. Cette pensée lui accrocha un sourire qui effaça un peu son inquiétude.


Elle alla ensuite dans son coffre chercher des herbes, elle ramassa sa marmite tombé sur le sol et renverser, sans doute pendant le combat, et y déposa les herbes. Elle alla chercher sa cape et nettoya le sol remplis d'eau avec celle-ci. Elle n'avait rien d'autre pour sécher celui-ci. Elle n'avait en fait pas grand chose. Elle termina de sécher le sol et alla placer sa cape a sécher près du feu. Une fois fait, elle alla mettre sa marmitte sur le feu et y ajouta de l'eau. Rapidement l'air s'emplit d'une odeur agréable. Voronwë put avoir l'impression qu'ils étaient dans leur forêt, l'odeur était la même.

-Je crois que cela va t'aider a te reposé...à médité... dans mon cas cela m'aide beaucoup....

Elle inspira profondément, elle aurait voulu avoir fait plus pour lorsqu'il serait revenu, elle aurait aimé qu'il puisse être fière d'elle, mais elle le connaissait, il ne restait rien de ce qu'il appréciait. Elle cachait une partie de la forêt, mais elle ne pourrait pas lui donner l'accès, pas tant qu'il avait cette chose en lui, et de devoir lui cacher cela lui faisait mal. Elle se sentait souvent à bout, heureusement son ami Aldebert l'écoutait beaucoup et l'aidait beaucoup, mais maintenant Voronwë était de retour, elle devrait être heureuse, mais elle se sentait si prise, prise sous le fardeau de bien des choses, sans savoir quoi exactement.

- Je reviens... je vais juste... nourrir les animaux... j'ai complétement oublier et le froid... et.. je reviens...

Elle sortie, sans sa cape, puisqu'elle était remplie d'eau, elle fit un simple allez retour et rentra 5 minutes après complétement geler. Elle alla se coller pres du feu, avec espoir qu'ils se soit mis à médité, il en avait besoin. Une fois réchauffer elle alla se coller contre lui, ressentant pour une fois, ces muscles se relacher un peu. Elle murmura

-là nà netë arë (demain est un autre jour)

_________________
"Elen síla lúmenn' omentielvo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sere.forumactif.com
Celear

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2017

MessageSujet: Re: Une ferme pour seul château   Ven 5 Jan - 12:46

Voronwë ce laissa faire et s'étendit sur le lit voyant que les deux êtres qui avait mit sa vie en danger un instant plutôt était partie. Cependant au lieu de fermer les yeux il garda ceux-ci rivé sur Alca pendant qu'elle travaillait dans la maison, souriant doucement dans le vide. Il était de retour, enfin de retour à ces côtés, il avait presque perdu espoir de la retrouver un jour vu tout ce qu'il avait traversé. Mais il était là, présent, non loin d'elle. Il pouvait contempler sa splendeur de nouveau ces petits geste parfois si maladroit mais qui lui donnait un charme fou. Elle était loin d'être comme toute les autres elfes, elle n'avait pas ce côté hautain et supérieur qui caractérisait son peuple, elle ne l'avait jamais eu, et cela l'affectait même au niveau de la grâce car elle avait été souvent mis de côté par les siens se tournant beaucoup plus vers les animaux que sa propre espèce. Cela lui avait valu d'allez chercher une démarche un peu plus animal, féline, qui ajoutait à sa beauté. Elle était à ces yeux ce que son peuple devait être à l'origine, fier mais simple, protecteur mais ouvert. Puis avec les années et les conflits qui les avaient affectés avec les autres races ils s'étaient renfermés pour protéger leur peuple surtout de l'invasion humaine.

Puis son coeur débattit quand il la vit sortir de la maison par ce froid sans rien sur le dos vu qu'elle avait utiliser sa cape pour sécher le sol. De plus, avec cette chose qui avait tenter un instant plutôt de la tuer, sortir était une très mauvaise idée. Mais elle n'avait pas changer, le bien être des autres même des animaux était de loins supérieur à son propre bien être, c'était un défaut qu'elle avait et qu'il lui reprochait souvent, de ne pas faire assez attention à sa propre vie.

Cela lui prit, de bonne minute avant de pouvoir se relever. Alors qu'il se dirigeait d'un pas titubant vers la porte pour tenter de la retrouver, la porte s'ouvrit pour laisser place à celle-ci qui était complétement frigorifier. Il l'a vit se diriger vers le feu et marcha vers elle avant de s'asseoir derrière celle-ci pour l'enlacer de ces bras la gardant contre son torse. Il avait repris un peu de chaleur qu'il transmit a Alca par cette étreinte.

- Alca... combien de fois devrais-je te le dire... les autres passent après toi... tes animaux aussi... et encore plus maintenant... maintenant que nous somme de nouveau ensemble je ne veux pas risquer de te perdre.

Il l'embrassa doucement dans le cou, puis après un moment elle l'aida à se relever pour s'étendre dans le lit et cette fois ensemble. Les mains de Voronwë caressèrent les bras encore froid de sa promise avant d'entreprendre de l'aider à se dévétir. Jamais auparavant ni un ni l'autre ne c'était vu nue et certe elle avait put le voir mais lui avec l'aide de la couverture pourrait garder ce plaisir pour plus tard. A l'idée de voire ses formes si parfaite à ces yeux, ses joue s'empourprèrent et il détournit un peu le regard honteux qu'une telle image lui traverse l'esprit. Mais à la fois, il aimait tout de elle, c'était loin d'être une histoire de physique, c'était leur être qui était lié étroitement, les hommes parlerait d'âme. Reprenant un peu ses esprit il entreprit de passer par dessus liant ces doigt au sien avant de posé ses lèvre fraiche contre les siennes afin de sceller enfin un doux baiser pour souligner leur retrouvaille. Puis, il recula son visage tout en maintenant ses mains dans les siennes contre le lit et plongea ces yeux dans les siens lui souriant avec une tendresse inouie... faisant oublier sans problème tout ce qui c'était passé.

- Ni tye mela Alca (Je t'aime Alca)

Lentement, il s'étendit à côté d'elle avant de la guider lentement par dessus lui pour l'étreindre avec force et protection. L'une de ces mains se glissant au bas de ces reins tandis que l'autre se glissa dans ses cheveux pour lui massé doucement la tête de ces doigt fin. Peu à peu il fermi les yeux se concentrant sur la chaleur de sa promise pour retrouver le calme nécessaire à la méditation. Il aurait aimé lui parler toute la nuit même rester simplement réveiller à la regarder, mais il était épuisé, surtout mentalement par tout ces affrontement mental avec Dûrion et il en était certains ce ne serait que le début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une ferme pour seul château   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une ferme pour seul château
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sérë :: L'an 1-
Sauter vers: